Que faire face aux migrants?

Horrifiés et impuissants, nous assistons à la recrudescence en Méditerranée des naufrages de migrants. Les victimes se comptent par centaines. L’Union européenne tergiverse. Chacun y va de son indignation, qui glisse néanmoins au silence gêné dès qu’il devient question d’accueillir. Les experts en tout genre analysent et supputent.

A vrai dire, les causes sont vite cernées, encore qu’elles constituent un faisceau où s’entrecroisent raisons objectives et calculs politiques, sinon bassement financiers. Laissons d’emblée l’explication basique chère aux radicaux de tout poil: c’est la faute à l’Occident ! Une météorite viendrait par malheur frapper notre planète que ces doctrinaires tranchants sauraient aussitôt dénoncer les manigances de l’impérialisme.

Sans nier les erreurs, les interventions parfois inopportunes, l’oubli des principes au profit des intérêts bien compris, attribuer aux seuls Occidentaux la responsabilité du chaos qui affecte le Moyen-Orient et une large partie de l’Afrique relève de la mystification.

La guerre civile, l’explosion des fanatismes religieux, la décomposition politique, la ruine économique ne sont pas le résultat d’une conspiration mondialiste, mais l’aboutissement d’évolutions commencées voici des décennies et parfaitement prévues par des observateurs objectifs et lucides. Restons seulement dans le domaine français : il faudrait relire aujourd’hui René Dumont (« L’Afrique noire est mal partie » 1962) ou Jean-Christophe Rufin (« L’Empire et les nouveaux barbares » 1991), pour ne citer que ces deux-là.
Nous connaissons la problématique. La guerre, l’insécurité, le nettoyage ethnique ou confessionnel chassent sur les routes des millions de réfugiés. Des mafias mues par le seul profit ou par la volonté d’alimenter des trésors de guerre les « prennent en charge ». Une grande partie de ces malheureux se retrouve dans cet immense espace de non-droit qu’est devenue la Libye, où ils deviennent les otages de fait des milices islamistes qui se disputent le pays (dont la redoutable Daech).

A cela s’ajoute, venus à travers le désert, des centaines de milliers d’Africains dont beaucoup fuient certes aussi l’insécurité, mais également l’absence totale d’avenir, le manque de travail, la misère qui pousse les familles à espérer pouvoir vivre de l’argent envoyé par le fils exilé dans cette Europe imaginée comme un Eldorado.

Les causes du marasme africain sont multiples, mais ne faut-il pas mettre en avant l’absence d’état, la kleptocratie généralisée qui caractérise les élites dirigeantes de pays improbables aux frontières héritées des partages coloniaux et qui n’ont de réalité ni politique, ni nationale. Et, surtout, ne faut-il pas incriminer aussi une croissance démographique déraisonnable ?

Attention! Là, on touche au sacré tant les non-dits et un optimisme de commande imposent de prendre sévèrement garde à ce que l’on avance… Rares sont les démographes qui reconnaissent que la transition démographique ne s’est pas réellement produite en Afrique, essentiellement pour des raisons culturelles et religieuses.

Qu’appelle-t-on « transition démographique » ? Le passage d’un renouvellement des populations selon des modalités naturelles à la maîtrise de la démographie qui caractérise les sociétés modernes. Celle-ci s’opère en quatre phases. Lors de la première, les taux de natalité et de mortalité sont élevés, la croissance démographique quasi nulle, les pics de mortalité correspondent aux famines, disettes ou épidémies.

La vraie transition commence avec la deuxième phase : de meilleures conditions de vie font reculer la mortalité (spécialement infantile), mais le taux de natalité demeure très élevé et la croissance démographique s’accélère. Dans la troisième, la hausse du niveau de vie et d’éducation entraîne une baisse progressive de la natalité. Enfin, dans la quatrième, le niveau de population se stabilise.

La troisième phase a commencé dès le milieu du XIX° siècle, dans les pays européens qui s’industrialisaient et dont les niveaux de vie progressaient. Dans les pays pauvres, en revanche, on en est resté à la deuxième phase sous la pression du sous-développement, des pesanteurs culturelles, des structures familiales patriarcales tandis que se répandaient les progrès sanitaires. Les taux de fécondité sont demeurés très élevés alors que la mortalité reculait. La démographie a explosé.

C’est ce qu’on constate en Afrique, où les perspectives économiques, souvent importantes mais grevées par la mauvaise gouvernance, ne laissent à la masse grandissante de jeunes arrivant sur la marché du travail aucune perspective d’avenir.

Prenons l’exemple du Nigeria, gros pourvoyeur de candidats à l’exode, et qui passe non sans raison pour l’un des plus importants détenteurs de richesses naturelles du continent. Ce grand état d’Afrique de l’Ouest affichait en 1960 45 millions d’habitants. Il en avait 115 millions en 1998.

Si le taux de 5,7 enfants par femme se maintient, la division « population »de l’ONU projette, pour 2050, une population de 440 millions… et 914 millions en 2100. Malgré ses potentialités, (le Nigéria est un gros producteur de pétrole et de gaz, il dispose de ressources agricoles, cacao, arachide), le niveau de vie décroît, 92% des Nigérians vivent avec moins de 2 dollars par jour, l’espérance de vie ne dépasse pas 45 ans.

L’environnement est dévasté : en vingt ans, 55% de la forêt a été détruite, pour récupérer de la terre cultivable ou fournir du bois de chauffage. Les vols de pétrole sur les oléoducs entraînent la pollution permanente du delta du Niger.

Face à un gouvernement dépassé et corrompu, la violence et les rébellions s’étendent, attisées par les antagonismes ethniques ou religieux entre chrétiens et musulmans. Boko Haram terrorise le Nord. Dans ces conditions, l’émigration, à n’importe quel prix, est une fuite. Et s’il n’y avait que le Nigeria…

Que faire ? Aider, investir, éduquer ? Mettre en œuvre les Nations-Unies ? Mais où sont sur place les relais politiques ? Qui va faire bouger les mentalités, reculer les fanatismes et l’obscurantisme ? Qui peut gérer une situation devenue incontrôlable et que la conjonction prévisible d’une démographie déraisonnable et de la péjoration climatique va rendre encore plus explosive ?

Les politologues qui nous disent que les problèmes sont devant nous sont à coup sûr les plus lucides. Combien de malheureux désespérés la Méditerranée va-t-elle encore engloutir ? Combien faudra-t-il de temps pour que l’opinion en Europe passe de la compassion au rejet ?

L’Express

Commentaires (4)

  1. Une invasion de “pétrisseurs de merde”, ne manque plus qu’un nain difforme et le tableau sera complet.

  2. Que dame nature fasse son oeuvre dévastatrice et la Méditerranée aussi .
    Malheureusement dame Atlantique n’ est pas empruntée par ces scélérats sinon la lessive démographique compterait au moins 10000 morts , elle est ombrageuse et violente !
    Kalergistes , on s’ occupera de votre cas !!!!!!!!!!!!!!!!!

  3. Un jour il XXXXXXXXXXXXXXX pour leurs faire comprendre !!!

    [Ce genre de commentaires est proscrit sur Fortune. Premier et dernier avertissement. - Eric]

  4. Je ne comprendrais jamais pourquoi les africains font tant de gosses alors qu’ils sont englués dans une misère énorme.
    Et ceux qu’on récupère sont ceux qui sont les plus “lâches”, ils fuient sans avoir probablement essayer de changer la donne dans leur pays, si tant est qu’ils peuvent faire quelque chose.

    Et la misère actuelle est en partie du aux dirigeants politiques et occidentaux et patrons capitalistes, tout les pots de vins et autres magouilles qui doivent fuser aux détriments du peuple africain et du peuple européens qui en subissent les conséquences…

    Bref, toute cette histoire pour dire que l’europe est nouvelle poubelle du monde, mais à un moment les poubelles craquent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>