Commentaires (4)

  1. Ce bombardement a été véritablement une catastrophe pour le Japon. Franchement, je n’aurais jamais pardonné aux Etats-Unis, même si les dirigeants ont changé, l’Etat reste soumis au principe de continuité, donc c’est resté le même. Espérons qu’il n’y ait plus d’attaque de ce genre, ou d’un autre genre d’ailleurs à l’avenir et dans le monde.

  2. 66 villes détruites par des frappes conventionnelles
    De notre perspective, Hiroshima apparaît singulier, extraordinaire. Mais si l’on se met à la place des dirigeants japonais au cours des trois semaines qui précèdent le bombardement d’Hiroshima, l’image est considérablement différente. Si vous aviez été un des principaux membres du gouvernement japonais, votre vision des bombardement des villes japonaises aurait été la suivante: au matin du 17 juillet, vous auriez appris qu’au cours de la nuit qui venait de s’écouler, quatre villes avaient été attaquées (Oita, Hiratsuka, Numazu et Kuwana). Oita et Hiratsuka étaient détruites à plus de 50%. Kuwana était détruite à plus de 75% et Numazu plus fortement encore, près de 90% de la ville étant réduit en cendres.
    Trois jours plus tard, vous auriez appris, toujours à votre réveil, que trois nouvelles villes avaient été attaquées. Fuiki était à 80% détruite. Une semaine plus tard, trois nouvelles villes étaient attaquées dans la nuit, dont Ichinomiya, détruite à plus de 75%. Le 2 août, en arrivant à votre bureau, vous auriez appris que quatre nouvelles villes avaient été attaquées. Et les rapports indiqueraient que Toyama était détruite à 99,5%. La quasi-intégralité de la ville était rasée. Quatre jours plus tard, quatre autres villes étaient attaquées. Et le 6 août, une seule ville, Hiroshima, était attaquée, mais les rapports indiquaient que les dégâts étaient importants et qu’un nouveau type de bombe venait d’être utilisé. Quel pouvait être le poids d’une telle attaque au vu des destructions massives qui s’étaient déroulées au cours des semaines précédentes?
    Au cours des trois semaines qui précèdent Hiroshima, 26 villes japonaises sont attaquées par l’USAAF. Huit de ces villes –soit presque un tiers— sont autant, sinon plus détruites (en termes de pourcentage de la ville détruit) qu’Hiroshima. 68 villes japonaises aient été peu ou prou rayées de la carte au cours de l’été 1945

  3. hcx a écrit le 6 août 2015 à 11 h 57 min

    +1 Merci de le rappeler.
    Ca n’excuse en rien ce bombardement, mais disons que ca relativise l’image qu’on s’en fait. Oui c’est spectaculaire, mais il faut imaginer des villes comme Tokyo avec des maisons en bois….. On peut faire un parallèle avec les bombes au phosphore sur Hambourg par exemple. Les habitants n’avaient pratiquement aucune chance de s’en tirer (ou presque).

  4. Moi je pense surtout aux populations des villages et villes d’Asie envahies qui se faisaient décapiter à coups de sabre ou poinçonner à la baïonnette sans raison particulière par l’armée japonaise. On en parle assez peu en fin de compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>