Israël : L’affaire des vedettes de Cherbourg

Noël 1969 : cinq vedettes militaires, construites par les Chantiers de Normandie, quittent le port de Cherbourg. Très vite, on découvre que les navires ont été dérobés par des commandos israéliens. Tout commence en 1966, quand Israël commande douze vedettes à la France.

En 1967, à cause de la guerre des Six Jours, De Gaulle, président, décrète un embargo sur la vente d’armes à Israël. Cinq vedettes restent bloquées à Cherbourg. Utilisant une société factice, les service secrets israéliens proposent de racheter les navires. Finalement, les équipages, tous agents du Mossad, s’emparent des vedettes et les conduisent à Haïfa.

Commentaires (6)

  1. Aucun empoutiné pour venir pleurnicher rétroactivement sur cette rupture unilatérale d’un contrat d’armement ou pour encenser les collabos civils et militaires qui ont permis à l’Israël de monter cette opération particulièrement humiliante pour la France ?

  2. La petite différence, minime sans doute, c’est que la non livraison de ces vedettes avait pour cause la défense des intérêts de la France dans la région. A 23mn.
    Quelles sont les intérêts de la France en Ukraine ? Avec quel argent l’Ukraine va t elle nous commander des rafales ?

    On notera, par ailleurs, que la Russie n’a pas envoyé de commando pour récupérer les navires, contrairement aux Israéliens.

  3. “Quelles sont les intérêts de la France en Ukraine ? Avec quel argent l’Ukraine va t elle nous commander des rafales ?”

    Si les intérêts de la France, c’est uniquement de vendre des armes, pauvre France… Et si c’est comme ça que vous voyez les intérêts de la France, il faudrait peut-être élargir un peu votre vision.

    L’Ukraine est un grand pays européen. Comme la Pologne, elle est l’un des pays d’Europe de l’Est susceptibles de peser à l’avenir. Or, il ne peut y avoir d’Europe des nations réellement puissante, sans l’Europe de l’Est.

    Notamment, pour peser contre l’impérialisme russe, lequel, ne se concevant pas comme européen mais comme eurasiatique (ce qui n’a aucun sens hors de ses ambitions personnelles de domination), joue la division entre pays européens pour servir ses propres intérêts.

  4. @Olivier

    Les intérêts de la France ne se limitent pas à vendre des armes, mais ça constitue néanmoins un intérêt géostratégique majeur pour notre pays de maintenir une industrie militaire de pointe nous permettant une avance et grande autonomie dans ce domaine. Or cette industrie ne peut se maintenir que si nous sommes en capacité de vendre notre production.
    Sinon, et bien nous nous retrouverons totalement dépendants d’autres pays, comme les USA, mais aussi la Russie, à qui nous venons de donner une bonne raison de se lancer dans la production de frégates de type Mistral.

    Quant à l’Europe puissance, que vous appelez de vos vœux, je me demande bien comment elle pourrait faire l’économie de la Russie. C’est tout simplement impensable, ne serait ce qu’en terme d’autonomie au niveau des ressources naturelles. Que vous ne puissiez piffer Poutine, c’est une chose, mais Poutine comme tous les autres passera, la Russie et sa profondeur stratégique, elle, restera.

  5. Vous pouvez jouer au géopoliticien tant que vous voudrez, polomnic, le fait est qu’historiquement, la Russie n’a jamais eu une politique européenne ou pro-européenne. Elle n’est pas européenne, car elle ne se sent pas européenne. Sa seule “profondeur stratégique” peut consister à être un partenaire de l’Europe, si celle-ci ne la laisse pas dominer, tout en servant de barrage à l’Asie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>