Le putsch de Goldman Sachs sur l’Europe (Màj vidéo)

Addendum du 22/11/2011:

Image de prévisualisation YouTube

Mario Draghi est le nouveau patron de la Banque centrale européenne (BCE). Loukas Papadimos vient d’être désigné comme premier ministre grec. Mario Monti est pressenti comme président du conseil italien. Ce sont trois financiers formés aux États-Unis, dont deux anciens responsables de la sulfureuse banque Goldman Sachs. Est-il bien raisonnable de recruter les incendiaires comme pompiers ? Explications.

Ce sont les hommes de Goldman Sachs qui sont aujourd’hui poussés aux commandes. Par quels moyens ? Et pour quelles fins ? Faire prendre en charge par les peuples les fautes des banques ? Faire sauver l’Amérique par les Européens ?

Mon premier s’appelle Mario Draghi. Il est diplômé d’économie du Massachussetts Institute of Technology (MIT). Il a été chargé des privatisations italiennes de 1993 à 2001. Il est devenu gouverneur de la Banque d’Italie en 2006. De 1993 à 2006, il a siégé dans divers conseils d’administration de banques. De 2002 à 2006 il a été vice-président pour l’Europe de Goldman Sachs, la sulfureuse banque d’affaires américaine. Il vient d’être nommé président de la Banque centrale européenne (BCE).

Mon second s’appelle Loukas Papadimos. Lui aussi est diplômé du Massachussetts Institute of Technology (MIT). Il a été professeur à l’Université américaine de Columbia avant de devenir conseiller économique de la Banque de réserve fédérale de Boston. De 1994 à 2002, il a été gouverneur de la Banque de Grèce : poste qu’il occupait quand la Grèce s’est « qualifiée » pour l’euro, grâce à des comptes falsifiés par Goldman Sachs. Puis, il a été vice-président de la Banque centrale européenne (BCE). Il vient d’être nommé, sur pression de l’Union européenne et du G20, premier ministre de Grèce avec le soutien des deux partis dominants.

Mon troisième s’appelle Mario Monti. Il est diplômé de l’Université de Yale. Il a étudié le comportement des banques en régime de monopole. Puis il a été durant dix ans commissaire européen, de 1994 à 2004. D’abord « au marché intérieur et aux droits de douane » (ou plutôt à leur suppression) puis à la concurrence. Membre de la Trilatérale et du groupe de Bilderberg – selon Wikipédia – il a été nommé conseiller international de Goldman Sachs en 2005. Il vient d’être nommé sénateur à vie et l’Union européenne et le G20 tendent de l’imposer comme président du conseil italien.

Mon tout c’est trois financiers européens (?), trois hommes de la superclasse mondiale, formés dans les universités américaines et étroitement liés à Goldman Sachs.

« Government Sachs » : aux commandes de l’Europe ?

La banque Goldman Sachs est surnommée aux Etats-Unis « government Sachs » tant elle est influente sur le gouvernement américain. Le secrétaire au Trésor de Clinton, Robert Rubin, qui procéda à la dérégulation financière, venait de Goldman Sachs. Tout comme le secrétaire au Trésor de Bush, Hank Paulson, qui transféra aux États les dettes pourries des banques, lors de la crise financière. L’actuel président de Goldman Sachs, Llyod Blankfein, aime à dire qu’il « fait le métier de dieu ».

En fait, Goldman Sachs est au cœur de la prédation financière et elle est impliquée dans de nombreux scandales financiers : celui des « subprimes », celui de la tromperie de ses clients (à qui elle recommandait d’acheter des produits financiers sur lesquels elle spéculait à la baisse), celui du maquillage des comptes grecs.

Dans six mois – et sauf imprévu – les Français vont élire un nouveau président de la République : il serait prudent de leur part de demander aux trois principaux candidats (en l’état, François Hollande, Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy) de s’engager à ne pas se faire imposer comme premier ministre un… ancien de chez Goldman Sachs.

Polémia

(Merci à JYLG)

Ce contenu a été publié dans Non classé par €ric. Mettez-le en favori avec son permalien.

Commentaires (49)

  1. C’est là qu’on comprend le rôle de ce cher DSK… Ou plutôt celui qu’il aurait dû avoir s’il n’avait été éliminé du circuit par une force mystérieuse. Une force qui visiblement prend soin de la France ! Nous avons des gens au bras long de notre côté ;)

  2. NON
    IL ne faut surtout pas laisser les banques faire faillite car dans ce cas, on arrive à l’objectif ultime des pro europe et des pros banques privées.

    LA VENTE DU PATRIMOINE NATIONAL

    vente de l’or français
    vente de l’immobilier français
    vente des plus grosses entreprises françaises

    Dites moi ce que vous pensez des interventions de beytout et de barbier entre la 55 et 59 ème minute. moi ça m’a fait froid dans le dos

    http://www.france5.fr/c-dans-l-air/politique-interieure/fillon-droit-dans-sa-rigueur-34446

  3. @luberlu
    SI les banques se cassent la figure
    Cela signifieras que le système économique est mort

  4. Et le trio n’a pas pu nous prévenir de la crise !! Donc ils l’ont provoquée de concert. Attendons-nous au pire à moins que l’on ne vote …

  5. “IL ne faut surtout pas laisser les banques faire faillite car dans ce cas, on arrive à l’objectif ultime des pro europe et des pros banques privées.”

    Solution alternative : les banquiers passent devant le tribunal révolutionnaire. Je me propose dans le rôle de Fouquier Tinville.
    Procès de 2 minutes 30 chrono et échafaud le lendemain matin au chant du coq.

    Le tout dans le respect des règles démocratiques, bien sûr.

  6. @wisigoth, nan justement, le systeme est bien plus pervers que ca, les grand trust banquiers en sortiront gagnant, comme ils sont sortis gagnant des 2 guerres mondiales et de la crise de 29, de la crise agricole, et d’innombrables crises.
    Les crises leur permettent de manger leurs concurrents, sachant qu’il y a une part de risque (Hitler aurait pu gagner la guerre), comme dans la prochaine crise, les peuples pourraient remporter la bataille, bien que les chances soient très minces.
    Le meilleur bouquin pour comprendre l’ampleur du délire c’est “le secret de la reserve federale”

  7. Elsäser

    Toujours démocrativement, en profiter pour décorer les réverbères des rues de Strasbourg et Bruxelles avec des députés et commissaires “européens” joyeusement suspendus par le cou.
    Joyeux Noel !!!

  8. 12 novembre 2011 à 09:26
    Voici venue l’heure du New World Order…
    ——————————-
    Bien sur, quelle naïveté de croire que tout ce que l’ on voit actuellement n’ a pas été perversement préparé. Tout est savament orchestré cyniquement à la face des peuples que l’ on a délicatement rendu docile. D’ ailleurs qu’ elle est la réponse de celui ci…..plus de socialisme, c’ est à dire plus de système encore. Il y a bel et bien un complot mondial et ceux qui en sont à sa tête place progressivement leurs soldats. Les gouvernements sont maintenant asservient et il n’ y a plus rien qui peut empêcher la création d’ un nouvel ordre mondial. Sarkosy en s’ affichant avec Obama a donné le La. Les jeux sont faits le monde va progressivement se diviser en 2 camps, les soumis volontaires et les insoumis en minorité comme à chaque fois.Rien de nouveau sauf que maintenant cette situation bipolaire est à un niveau mondial clairement affiché. Les insoumis, les rebelles et les révoltés ont de trés mauvais jours devant eux.

  9. “_Mon premier s’appelle Mario Draghi. Il est diplômé d’économie du Massachussetts Institute of Technology (MIT).
    -Mon second s’appelle Loukas Papadimos. Lui aussi est diplômé du Massachussetts Institute of Technology (MIT).
    -Mon troisième s’appelle Mario Monti. Il est diplômé de l’Université de Yale.”

    J´ajouterai :
    -Mon quatrième s´appelle Giorgios Papandreou , de nationalité AMÉRICAINE ( sic ) celui qui a fait le travail de sape en Grèce et qui se retire , le travauil accompli ).
    -Mon cinquième et le pire s´appelle José Manuel Barroso ou le loup dans la bergerie .Ancien maoïste à qui les USAS ( C IA )ont fait retourner la veste et l´ont fait étudier à l´université de Georgetown .Complètement dévoué aux USAs et à la cause mondialiste .Une véritable or***ure . Personne n´aurait JAMAIS du le laisser entrer au poste qu´il détient actuellement .
    Tout, ABSOLUMENT TOUT se tient . Nous sommes trahis par nos gouvernants qui ensemble avec les banqiers sont en train de nous VOLER et de nous mettre à genoux pour mieux nous mater .Je dis bien , nous mater , c´est à dire nous réduire à l´état d´esclaves surveillés à mort et bientôt condamnés à travailler jusqu´à la fin de la vie .
    Que faire . La SEULE et UNIQUE solution serait une révolution GLOBALE contre le système mais , comme les gens sont devenus des lopettes , sont tellement lavés du cerveau qu´ils n´ont plus la faculté de penser EUX MÊMES et préfèrent regarder le foot ou les conneries de la télé au lieu de s´inquiéter de leur avenir et , surtout de celui de leur enfants et petits enfants ,la révolution est , et restera , une utopie .
    J´ajouterai que , pratiquement , TOUS ces gens font partie du groupe de Bilderberg dont le but est d´instaurer le Nouvel Ordre Mondial avec un gouvernement mondial,une monnaie mondiale et l´anéantissement complet de la classe moyenne .
    Il y a vraiment de quoi avoir des sueurs froides !!!

  10. Bon. Tout semble perdu mais l’esprit vaincra.

    Comment sauver l’Amérique ?

    Si c’est bien de l’Amérique du nord qu’il s’agit, il faudra la ré-industrialiser, ce qui coûte cher. Les Européens seraient invités à financer cette ré-industrialisation par la dictature goldman-sachs à forte TVA, qui les laisserait sur la paille et accélérerait leur propre désindustrialisation, déjà en cours.

    Dans ce cas, l’Amérique en reconstruction deviendrait une terre d’émigration pour les fiers Européens, incapables de devenir des larbins.
    Mais les sachs n’ont rien à faire du peuple américain qui a fait l’Amérique, puisque eux l’ont défaite. On peut même dire qu’ils le craignent; car il ne tient qu’à lui de les jeter de sa terre à grands coups de pied au derche. ils ne chercheront donc pas la moindre reconstruction. D’ailleurs ils sont incompétents pour cela. Eux,leur métier, c’est le viol et le vol, et pas sur les ailes des anges.

    S’il ne s’agit que de sauver le système bancaire, c’est à dire l’oligarchie, en laissant les Américains sans travail s’entretuer, tous ces jolis plans ont leur limite.

    Sans travail, pas de richesse. On ne peut éternellement jouer avec du papier.

    Nous Européens avons encore les bijoux de famille. Les sachs mettraient à sac les économies des gens et le patrimoine, qui est ce qui reste à l’Occis-d’dans européen, comme ce qui reste aux US, c’est leur complexe militaro-industriel, revolver du cambrioleur.
    Du patrimoine, les sachs feraient peut-être des mosquées ou du logement social pour leurs sous-armées miteuses ou des autoroutes à péage ou d’autres horreurs architecturales, rien que parce qu’ils sont bêtes et méchants et qu’ils ont de gros besoins.

    Les peuples désargentés deviendraient domestiques pour leur confort, flics ou voleurs ou encore clochards, tous menés par une caste du 0,05 pour cent, comme ailleurs dans le tiers-monde et même déjà, si on pense aux jeunes, dans des villes comme Paris.
    Ce système perdure dans le tiers-monde. Les dictatures financières s’y succèdent, les gens y végètent sauf le 0,5%, chacun son petit tour. Rien ne change, tout s’écroule et se maintient in extremis par la volonté de survie propre aux mammifères et au désespoir.

    Oui mais il y a toujours eu, face au “tiers-monde” dans le vaste monde, un peuple de référence dit jadis “du premier monde”, auquel cette tragédie n’arrivait pas, ou seulement par à-coups vite oubliés. Il se trouve que ce peuple de référence, nous en faisons partie. La nature ayant horreur du vide, elle ne peut laisser le monde sans aucune véritable référence.

    Les actuels Européens et Américains sont abrutis de télé et de sale idéologie, certes, mais avec encore suffisamment de ressources intellectuelles et physiques intactes quoique dormantes. La créativité qui nous est spécifique, cruellement empêchée, reste en attente. La santé génétique est bonne, encore assez bien préservée du métissage. La qualité industrieuse et la discipline du petit matin ont été préservées pour les besoins de l’oligarque.

    La question qui se pose est la suivante :

    Accepterons-nous de devenir sans espoir d’aucune sorte, les domestiques respectueux en dehors, grinçant en dedans, et/ou les clochards des sachs, nous qui sommes francs de collier ?

    Ils n’ont pas besoin de nous comme cour ni comme alliés, ils restent en famille et privilégient les sous-castes contre nous. Nous n’aurons pas même cet espoir-là, de vivre de trahison.
    Ils ont pris la place du maître, avec son château, depuis longtemps et nous font bien souffrir depuis en saccageant tout. Nul ne moufte car chacun vit encore dans le confort. Mais la patience a des limites.
    Les sachs prévoient une intense répression. Mais il y faut des hommes. Ils ont les “migrants” et incrustés pour la matraque. Mais ceux-ci ne sont pas très intelligents quoique prolifiques.
    La guerre ne se gagne pas sur le long terme avec des débiles armés.

    Bref gardons l’espoir. La ressource est plus qu’économique : elle est dans la colère qui monte et l’information qui se répand et qui, de boule de neige, devient boulet de canon.

    Et puis il y a la Russie, même mafieuse. Tout le monde ne s’entend pas forcément avec les goldman et les sachs, après tout le mal qu’ils ont fait.
    Donc pas de défaitisme.

    [ Pour une meilleur lisibilité, merci d'aérer vos textes. Cordialement, Monsieur X. ]

  11. Citation :
    “Le contraire arrive avec les royaumes gouvernés comme la France; car c’est avec facilité qu’on y peut entrer, en gagnant quelque baron du royaume, car toujours on trouve des mécontents et des gens qui souhaitent des changements : ces gens-là, pour les raisons qu’on a dites, peuvent t’ouvrir le chemin de ce pays et te faciliter la victoire. Et celle-ci, ensuite, lorsque tu cherches à te maintenir, entraîne après elle d’infinies difficultés tant avec ceux qui t’ont aidé qu’avec ceux que tu as soumis; et il ne suffit pas d’éteindre la lignée du prince, car il reste ces seigneurs, qui se mettent à la tête de nouveaux changements; et ne pouvant ni contenter ni exterminer, tu perds ce pays à la première occasion qui survient.”

    Le prince, Machiavel, Chapitre IV

    Donc ceux qui font entrer l’ennemi, on les connaît. L’ennemi, on pense l’avoir à peu près identifié.
    Lesinfinie difficultés, je dirais qu’elles ne font que commencer : les europééns commencent seulement à se réveiller, même si beaucoup sont en état de sidération.
    Je pense que l’on aura un changement de seigneurie (avec le FN, les différents mouvements “populo” , ça viendra de là de toute façon), donc une phase d’instabilité, puis retour à la souveraineté nationale générale.

    @Luz,
    Moi aussi j’ai bon espoir. Nous sommes un peuple plein de qualités, d’imagination, de créativité, et râleurs. Une fois que l’état de sidération sera terminé, la réaction devrait être terrible.

  12. Xanadu
    12 novembre 2011 à 08:11

    C’est là qu’on comprend le rôle de ce cher DSK… Ou plutôt celui qu’il aurait dû avoir s’il n’avait été éliminé du circuit par une force mystérieuse. Une force qui visiblement prend soin de la France ! Nous avons des gens au bras long de notre côté ;)

    +1 000 000

  13. @Le crocodile : Et Berlusconi lui aussi jeté, la Belgique sans gouvernement. Les rats fuient le navire quand il va couler… Sarkozy dira qu’il ne se représente pas si son job est terminé…

  14. L instauration du NOM est effectivement en cours, cependant il reste un gros point noir dans leur plan : MERKEL, celle ci ne fait pas partie de leur mafia, tout comme poutine, il va donc y avoir des degats sur elle…

  15. @ luberlu 12 novembre 2011 à 08:32

    NON
    IL ne faut surtout pas laisser les banques faire faillite car dans ce cas, on arrive à l’objectif ultime des pro europe et des pros banques privées.

    LA VENTE DU PATRIMOINE NATIONAL


    Mais les banques sont des sociétés anonymes, avec une personnalité et un patrimoine distinct de celui des États.

    Absolument rien n’oblige le gouvernement d’un État à vouloir payer les dettes d’une banque en faillite, même si elle possède 100 % des actions. C’est un pur acte de générosité envers les actionnaires et les créanciers, que les Islandais ont d’ailleurs refusé de faire.

    En ce qui concerne les dettes de l’État, elles sont absolument indépendantes du patrimoine des Domaines. Là encore, rien n’oblige le gouvernement à privatiser EdF ou les autoroutes pour donner l’argent aux banques afin qu’elles achètent … EdF et les autoroutes.

  16. @ Le Crocodile 12 novembre 2011 à 11:17

    - Mon cinquième et le pire s´appelle José Manuel Barroso ou le loup dans la bergerie

    ——-
    J’ajouterai:

    - Mon sixième est pire que le pire, il s’appelle Nicolas Sarkozy, frère d’Olivier Sarkozy, président de Carlyles pour l’Europe, fonds d’investissement international crée par un ancien directeur de la CIA pour acheter les activités et les éléments de patrimoines privatisés par les États, soit qu’il s’agisse de secteurs stratégiques, soit qu’il s’agisse d’ensembles à revendre à la découpe (comme l’Imprimerie Nationale).

  17. @Elsässer

    “Solution alternative : les banquiers passent devant le tribunal révolutionnaire. Je me propose dans le rôle de Fouquier Tinville.
    Procès de 2 minutes 30 chrono et échafaud le lendemain matin au chant du coq.”

    ——————————————————-
    ——————————————————-

    BEAUCOUP TROP LONG
    Moi je fais tout en 5 minutes.

    Faudrait encore qu’on leur fournisse le repas du soir et le petit-déjeuner du lendemain, sans compter la dernière clope et le verre de rhum.
    Beaucoup trop cher. On a plus les moyens de ce luxe.

  18. @ Elsässer
    12 novembre 2011 à 16:56

    vikking

    Ton manque d’humanité me choque.
    Je suis bouleversé.


    Je me demande si un Tribunal révolutionnaire à la manière Fouquier-Tinville n’est pas encore trop cher, compte tenu du plan de rigueur souhaité par GoldMan Sachs.

    Le travail pourrait être externalisé auprès d’une entreprise sous-traiante à bas coût.

    Je propose le Conseil National de Transition en Libye, qui me paraît assez performant.

  19. @ 3P

    Le CNT est une institution démocratique, dirigé par M. Bernard-Henri Lévy.

    Pas de meilleure référence en ce qui concerne la défense des droits de l’Homme.

  20. Dans la liste vous oubliez notre chère Christine Lagarde grande avocate d’affaire économique internationnal ayant exercé au EU actuellement directrice du FMI et membre de toute les organisations occulte de l’oligarchie .C’est l’école américaine qui est aux commande de l’UE et quand les “executeurs des basses oeuvres” rechignent à exécuter les sentences ils sont viré (Papandréou,Berlusconi,etc….)

  21. luberlu 12 novembre 2011 à 18:43

    VENTE DU PATRIMOINE NATIONAL


    Il faudra faire une loi d’annulation des privatisations abusives.

    Confisquer, en remboursant le prix de vente, moins le loyer et les déprédations.

    Par exemple pour les autoroutes, EdF, etc..

  22. Vous vous focalisez du mauvais côté de la plaque. Les institutions telles que Goldman Sachs se sont faites des couilles en or, en profitant, souvent même assez malhonnêtement, de la situation ; mais cette situation est le fait de l’étatisme démagogique et court-termiste typiquement démocrate-égalitaire : fonctionnaires à gogos, 35 heures et pré-retraitres, laxisme éducatif, prêts contraints à toute personne insolvable, salaires minimums pour des travaux valant moins… le tout ‘financé’ par des taux d’intérêts sur l’argent artificiellement bas, et par la dette.

    Pourquoi l’Allemagne, la Hollande, l’Autriche… seraient en bien meilleure santé économique que la Grèce, que le Portugal, que l’Espagne, que la France… sinon ? Ce n’est pas la présence ou l’absence de grands banquiers qui les diffèrent. C’est un degré supérieur de rigueur, de travail, de culture d’excellence, chez les premiers à contrario des seconds, voilà tout.

  23. La France a besoin d’abolir tout le fonctionnariat et para-fonctionnariat (assistanat en général), et de remplacer toutes les taxes sur (cad toutes les incitations contre) la création de richesse par un fort taux de TVA, qui servira d’aide à la réindustrialisation. Point, barre.

  24. Tiens, revoilà un des larbins habituels du capital.

    Ravi d’apprendre qu’il existe un moyen miracle de lutter contre le dumping salarial à 1 contre 20 que nous impose votre libéralisme libre-échangiste, responsable des délocalisations et de l’immigration.

    Toutes choses dont nous voilà contraints de financer des compensations sociales, décidées par les politiciens libéraux-sociaux et sociaux-libéraux défendant les mêmes idées.

    Nous avons donc là la version “hard” de ce discours : supprimons les compensations sociales, laissons sur le bord de la route les chômeurs dus à la mondialisation et même, faisons-leur payer une TVA plus élevée.

    Après les sauvetages de banques et les privatisations ruineuses de grands services publics (eau, gaz, électricité, autoroutes, etc.), toujours aux frais des mêmes et au profit des mêmes, le foutage de gueule va s’arrêter où ?

    Vous nous prenez vraiment pour des cons.

  25. C’est peu dire.

    J’ai hâte de voir le grand effondrement du royaume du fric.

    Que ce ne soient pas toujours les mêmes qui morflent.

  26. Cow Boy a tout à fait raison, le putsch des gouverneur économique verra Christine Lagarde venir aux affaires comme par enchantement l’année prochaine, avant de devenir très certainement premier ministre.

  27. “C’est là qu’on comprend le rôle de ce cher DSK… Ou plutôt celui qu’il aurait dû avoir s’il n’avait été éliminé du circuit par une force mystérieuse. Une force qui visiblement prend soin de la France ! Nous avons des gens au bras long de notre côté”
    —-

    je vais finir par y croire. Ce fut une divine surprise de voir DSK éliminé de la course à la Présidence alors que le système était en train de le faire gagner.

    Je suis assez complotiste en cette affaire (j’ai peine à croire qu’une telle arrestation au pied de l’avion soit le fait du hasard.

    Si des forces secrètes et puissantes sont du côté de la France au lieu de jouer contre elles, c’est réconfortant.

  28. Ping : Le putsch de Goldman Sachs sur l'Europe « Fortune | Bonheur Intérieur Brut et délinquance financière, un autre regard sur l'économie | Scoop.it

  29. @ Luz,
    Analyse synthèse : cela va être difficile mais nous nous en sortirons, nous “le” peuple car l’Empire est en nous…

    OK ! On peut même ajouter comme l’a vu Yann C, que de bons esprits ont veillé sur nous en nous débarrassant du satyre du FMI…. A moins que ce ne soient nos amis russes. Les femmes dans les pattes c’est une spécialité du KGB.

    Reste quand même Sarkozy. Les financiers l’avaient lâché en faveur du vieux libidineux, ils tentent de nous le recustomiser. Ses sondages remontent, nous martèlent-ils déjà en boucle. A moins qu’ils ne trouvent un moyen de ressuciter *Bite sur Pattes….(*humour Laurent Gerra).

  30. @luberlu

    Tu dis n’importe quoi.
    Renverser Goldman Sack entraine la mort des pourris qui spéculent contre vous tout en vous aidant.

    Ce n’est qu’une question de règles et de lois.

    @Catherine Ségurane.

    J’ai bien peur que ce ne soit pas rassurant du tout, DSK était pour l’abandon des dettes de la Grèce par ces pourris de Goldman Sack, j’ai bien peur que ce ne soit exactement l’inverse et que ce sont ces pourris qui l’ont éliminé.

  31. @anroué

    ben moi je vous dis que la prochaine étape c’est la reprise des pays endettés par la goldman sachs et que si on les laisse faire ils vont vendre le patrimoine national.

    1) vente de l’immobilier français
    2) vente des plus grosses entreprises françaises
    3) vente de l’or français

    que comprenez vous entre la 55 et 59 ème minute.

    http://www.france5.fr/c-dans-l-air/politique-interieure/fillon-droit-dans-sa-rigueur-34446

    Et en fin de compte, ce sera la goldman sachs ou l’armée qui reprendra le pouvoir.

    RDV dans 1 ans max

  32. Ping : Le putsch de Goldman Sachs sur l’Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>