Dexia : Une note salée de 120 à 200 milliards d’euros

Les gouvernements français, belge et luxembourgeois ont annoncé dimanche à la mi-journée qu’ils avaient trouvé une solution concernant la banque Dexia, en passe d’être démantelée. En clair, ils sont tombés d’accord sur un partage équitable de la note à payer par chaque État.

Image de prévisualisation YouTube

France 3, édition nationale du 9 octobre 2011

Il faudra de toutes façons payer l’addition. Reste à savoir comment la partager… Les gouvernements français, belge et luxembourgeois ont annoncé dimanche à la mi-journée qu’ils avaient trouvé une solution concernant la banque Dexia, en passe d’être démantelée. [...]

Il s’agit en fait de trouver une solution entre chaque partie afin de partager le lourd passif de la banque, étranglée par ses prises de position sur le marché de la dette souveraine grecque. En l’occurrence, côté belge, c’est l’État qui va devoir payer. En France, ce sont la Caisse des dépôts et la Banque postale qui devraient s’acquitter d’une note salée. [...]

[...] Une réunion s’est tenue en fin de matinée à Bruxelles entre le Premier ministre français François Fillon, son homologue belge, Yves Leterme et une délégation luxembourgeoise comprenant le ministre luxembourgeois des Finances, Luc Frieden. Il s’agissait de tenter de finaliser le démantèlement de la banque Dexia, première victime de la crise de la dette en Europe.

[...]La débâcle de la banque franco-belge Dexia a des conséquences importantes en Allemagne, où une filiale de l’établissement est en très mauvaise posture après avoir accordé d’importants crédits aux pays d’Europe du Sud. Cette filiale, Dexia Kommunalbank Deutschland AG, a octroyé des crédits de 5,4 milliards d’euros à la Grèce, à l’Italie, au Portugal et à l’Espagne, indique l’hebdomadaire, qui qualifie ces créances de “risques énormes eu égard au faible capital” de la filiale. Der Spiegel rappelle par ailleurs que l’autorité bancaire allemande (BaFin) avait demandé par deux fois, en 2010 et 2011, à la maison mère de renflouer sa filiale, et d’émettre de plus des garanties de 1,2 milliard d’euros pour couvrir les pertes liées aux créances en Grèce de Dexia Kommunalbank Deutschland AG.

TF1 News

Coût du premier renflouage de Dexia en 2008 : 6,4 millards

Image de prévisualisation YouTube

C politique du 9 octobre 2011

(Merci à Quentin & à Nicolas)

Ce contenu a été publié dans Non classé par €ric. Mettez-le en favori avec son permalien.

Commentaires (38)

  1. et qui va payer ?

    C’est se foutre de notre gueule ca encore !!

    Marine en 2012 et VITE !!!

  2. Mais non !

    Marine ce n’est pas Merlin l’enchanteur…

    La seule dette souveraine française est de 17 00 milliards.

    Sans même parler du reste (et du futur) ca représente une dette de 100 000 euros par foyer fiscal français dont le revenu médian est de 2 000 euros par mois.

    Question :

    Combien de temps nous faudrait il pour rembourser 1 00 000 euros en plus de notre endettement privé avec le revenu encore disponible à la fin du mois ?

    Vous voyez poser la question c’est y répondre.

    Et la réponse tient en un mot , avec ou sans dexia :

    BOUM !

  3. Le fait que Dexia ait passé haut la main le stress test du 1er semestre ne semble gêner personne.

  4. Ping : Dexia : Une note salée de 120 à 200 milliards d’euros | Les moutons enragés

  5. Par comparaison, le RSA pour tous les gens très pauvres pauvres 8 milliards par an (dont la moitié pour les immigrés).

    Il faut mettre fin à ce scandaleux assistanat.

    Déjà, si on le supprimait, il ne resterait plus que 112 milliards.

  6. “Il faudra de toutes façons payer l’addition. ”


    Et pourquoi il faudra payer l’addition?

    Qu’on mette cette société en redressement judiciaire puis en faillite, il y a des procédure légales pour cela.

    Un administrateur judiciaire doit être nommé, le bilan de la société déposé.

    Ensuite, si il y a des fautes lourdes de gestion, que les dirigeants soient condamnés solidairement sur leurs biens propres.

  7. DESSERTINE : “Les actifs pourris sont évalués entre 120 et 200 milliards d’euro”

    C’est quand même fort, une banque en faillite dont les contribuables français et belges vont payer à terme la facture, nous avons encore des “spécialistes” qui ne connaissent même pas le montant exact pour dire l’opacité du système.
    Un peu comme Paribas, Société générale et Crédit agricole, depuis des mois on nous explique qu’il n’y aura pas de recapitalisation et apparement cela en prend le chemin tout en restant dans le flou artistique!

  8. @ Eisbär 10 octobre 2011 à 10:16

    VIDEO Une solution trouvée pour le sauvetage de Dexia

    Les gouvernements français, belge et luxembourgeois sont parvenus à un accord que doit encore entériner le conseil d’administration du groupe. »


    Pour les dirigeants d’une société en cessation de paiement ou en faillite comptable, le fait de déposer le bilan au tribunal de commerce et de faire ouvrir une procédure de redressement judiciare n’est pas une possibilité, c’est une obligation.

    Ne pas le faire rend automatiquement la faillite frauduleuse et les dirigeants responsables sur leurs biens propres, et passibles de prison.

    L’ouverture d’une procédure légale de règlement judiciaire provoque une révision général des comptes et une recherche des causes de la faillite. Elle établit l’ordre de priorité des créanciers, en mettant toujours les actionnaires en dernier.

    Dans des sociétés de capitaux, les actionnaires ne sont jamais responsables des pertes au-delà de la valeur de leurs actions. Pqar conséquent, les États belge et français n’ont aucune obligation d’apurer le passif.

  9. “Il s’agit en fait de trouver une solution entre chaque partie afin de partager le lourd passif de la banque, étranglée par ses prises de position sur le marché de la dette souveraine grecque. En l’occurrence, côté belge, c’est l’État qui va devoir payer. En France, ce sont la Caisse des dépôts et la Banque postale qui devraient s’acquitter d’une note salée”

    Quel foutage de gueule !

  10. “Le fait que Dexia ait passé haut la main le stress test du 1er semestre ne semble gêner personne”

    Les stress tests sont bidons. Tout le monde l’avoue à demi-mot dans le monde bancaire.

  11. Aucun effet sur la bourse ce matin le cac est plus 3100 points!!!

    Par contre l’effet va ce faire sentir sur nos porte monnaie!!

  12. Certes, les actionnaires doivent assumer les risques qu’ils ont pris.

    Certes, sauf faute de gestion (et ici, on pourrait se poser la question…), ils ne répondent pas du passif, puisque Dexia est une SA (société anonyme) :

    http://www.businessandlaw.be/article60.html

    Ces actionnaires, les voilà :

    Actionnaires institutionnels et individuels 28,1 %
    Caisse des dépôts et consignations (française – publique) 17,6 %
    Holding Communal (belge – publique) 14,1 %
    groupe ARCO (belge – entreprise “sociale”) 13,8 %
    État français 5,7 %
    État belge 5,7 %
    Trois régions belges 5,7 %
    groupe Ethias (assureur mutualiste belge devenu SA en 2008) 5,0 %
    CNP Assurances (entreprise française contrôlée par l’Etat) 3,0 %
    Actionnariat salarié 1,1 %

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Dexia#Actionnariat.5B41.5D

    Alors, pourquoi les contribuables devraient-ils payer ? Pourquoi la Banque Postale est-elle entraînée dans cette galère par son actionnaire majoritaire (La Poste, dont l’actionnaire unique est l’Etat) ?

    La réponse est assez simple : parce que les principaux actionnaires sont publics !

    Pour une fois, on peut difficilement accuser la finance privée… Il est juste curieux de constater que Dexia, majoritairement contrôlée par le secteur public, s’est comportée avec la même imprudence spéculative que les autres grandes banques privées…

    Mais pourquoi, au-delà des pertes encourues par les actionnaires, vouloir sauver Dexia ? Sans doute pour éviter les répercussions systémiques, comme pour protéger la note AAA de la France, probablement :

    http://www.atlantico.fr/decryptage/dexia-nouveau-credit-lyonnais-en-pire-196315.html

    Les explications données aujourd’hui par Dexia sur son plan de démantèlement :

    http://www.dexia.com/FR/Journaliste/communiques_de_presse/Documents/111008_cp_FR.pdf

    Les dernières nouvelles :

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/banque/20111009trib000655332/dexia-les-administrateurs-veulent-en-finir-cette-nuit.html

  13. Crise de la dette grecque : Plus de suicides et de prostitution

    La crise économique qui sévit actuellement dans la zone euro aurait des conséquences désastreuses sur la santé des Grecs.

    La crise de la dette grecque n’a pas que des conséquences économiques. Elle aurait aussi des effets très négatifs sur la santé. Une étude britannique parue lundi dans le journal médical Lancet révèle en effet que la crise économique et les coupes budgétaires en Grèce ont eu de sérieuses répercussions sur la population du pays

    [...]

    http://www.francesoir.fr/actualite/societe/crise-dette-grecque-plus-suicides-et-prostitution-145823.html

    *** Pour les français…la “rigueur” c’est après les élections

  14. Rien de nouveau sous le soleil

    Pour la moindre personne qui a une connexion internet et des connaissances rudimentaire en comptabilité se serait aperçu dès 2010 que DEXIA ferait faillite.

    Je veux dire, les compte de DEXIA sont tellement pourris que c’était hyper prévisible. Alors que l’effet de levier sur les banques sûre est de 25. L’effet de levier met en rapport l’ensemble des actifs sur les fonds propres. Ce taux atteint 50 chez DEXIA. C’était inévitable.

    Et ces abrutis de journaliste viennent dire que c’est la crise de la dette européenne. J’ai bien envie de rire. C’est surtout que DEXIA a jouer avec de gros montant sur les actif toxiques américains et elle ne s’en est jamais remis.

    Après je pense que c’est normal que c’est le contribuable qui paye car c’est une banque dont les actionnaires de près ou de loin sont l’ETAT belge et français.

    Après vous n’avez qu’à bien voté car nous n’avons que les dirigent que nous choisissons.

  15. @Pierre Hé oui, elle a passé avec brio ses stress tests…
    gràce à ses fonds “propres” ! (bruit de cymbale et je sors :)
    )

  16. @ Marino

    En plus de ce taper un clandos à l’Élysée pendant 5 ans on va ce taper une rigueur qui vont nous mettre à genoux!!

    Moi je remercie les cons-citoyens qui votent pour des incompétents!!!

  17. “Crise de la dette grecque : Plus de suicides et de prostitution”

    Apparemment c’est moins douloureux que de porter le fer devant le Parlement grec. Se suicider et se prostituer au lieu de s’insurger. Il n’y a que les peuples en voie de décomposition qui agissent ainsi. Comme nous en France ;)

  18. @PL 24

    Tu as parfaitement raison, inutile de financer ni les banques pourries ni l’immigration…

    Je suppose que c’etait ton raisonnement et non une énième façon de relativiser le coût de l’immigration…

    Celui ci est d’une bonne centaine de milliards par an.

  19. Qu’on y prenne garde, la France est également atteinte de papaandréose aiguë.
    Quand à Dexia, que dire… Ces “notables eurolâtres” nous ont mis dans une telle merde que il va falloir que ça décante un peu avant de pouvoir commencer à comprendre dans quelles latrines ils nous ont plongé.

  20. Ce sont les technocrates de cette misérable UE qui décideront, et en fin de compte les contribuables européens payerons ni les grands airs de la grosse, ni les facéties du nain ni changeront rien, eux ils vendent leurs salades.

  21. Je suis Belge, si l’état Belge nationalise Dexia ( coté Belgique )qu’est ce qu’il advient des actionnaires ?

    Par contre si l’était Belge devient actionnaire majoritaire de Dexia, ne serait ce pas le bon moment d’acheter des actions ?

  22. @Autres

    SCOOP pour FortuneDS.

    La prochaine banque dans la galère selon mes calculs : NATIXIS

    Il faut regarder les comptes de natixis pour s’apercevoir qu’elle est sous perfusion des Caisses d’épargne et des Banques populaires.

    Elle est très peu endetté mais ne produit que des pertes, donc au niveau financement par l’endettement il n’y a pas trop de problème en revanche une situation d’augmentation de capital peut être envisageable.

    De plus une politique d’ élaguement du personnel est aussi probable. Je vous rappelle que NATIXIS viens de sortir du CAC40 il y a quelques semaines. Elle a été dégradé par les institutions boursière et financières.

  23. Nationalisation des pertes, privatisation des bénéfices. Du foutage de gueule a l’état pur.

  24. Je trouve que a mon avis on nous a pas dit la verité.
    En Belgique si on regarde sur le site du journal le soir, les belges disent que cela ne coutera que 4 millards au contribuable…
    http://www.lesoir.be/actualite/economie/2011-10-10/le-titre-dexia-efface-ses-pertes-868731.php
    Dimanche a 20h dans le journal de France 2 le journaliste a rappeler le chiffre de 6,4 millards de 2008 mais n’a donner aucun chiffre sur celui de maintenant…

  25. “Il faudra de toutes façons payer l’addition.”

    Pourquoi ?
    Pourquoi faut-il toujours que le contribuable paie les conneries des banquiers mondialistes et de leurs larbins politicards ?

    Certains critiquent Marine. Moi aussi. En attendant, c’est la seule de toute la classe politique française a au moins poser le diagnostique (constat) de la faillite du mondialisme et de l’échec de l’euro.

    Les autres sont dans le déni de réalité, dans le tout-va-bien, ou bien réclament comme “solution” toujours plus de mondialisme.

  26. Dexia , l’épouvantail du chantage appuyé des agences de notations , par ailleurs une déja vieille opération des gestions régions données aux socialistes alors que la part des dépenses passives de l’éco solidaire est le noeud de la spéculation !

  27. “Pourquoi faut-il toujours que le contribuable paie les conneries des banquiers mondialistes et de leurs larbins politicards ?”

    Parce que le contribuable a l’habitude et aime ça. Dans contribuable, il y a “con”.

  28. Le patron de Dexia s’appelle Pierre Mariani : c’est un proche de Nicolas Sarkozy.

    En 2010, Pierre Mariani a gagné 1 809 411 euros.

    http://www.lesechos.fr/diaporamas/voir_diaporama.php?id_diap=DIAP290411932_114660

    A propos de Pierre Mariani, voici un extrait de Wikipedia :

    Le successeur d’Axel Miller, Pierre Mariani, un proche de Nicolas Sarkozy, s’est octroyé un salaire fixe en hausse de 30 % par rapport à Axel Miller.

    Le conseil d’administration de Dexia a accepté «à l’unanimité» le 13 novembre 2008 de porter à un million d’euros le salaire annuel du directeur général et de fixer à 2,25 millions d’euros son bonus maximum. Axel Miller ne touchait «que» 825 000 euros de fixe, et son bonus était plafonné à 1,8 million d’euros.

    C’est le comité des rémunérations, composé notamment de Denis Kessler, ex-numéro 2 du Medef, et d’Augustin de Romanet, directeur général de la Caisse des dépôts, qui a fait ses propositions.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Dexia#Salaire_de_Pierre_Mariani

  29. Je rappel tout le même la philosophie du projet DEXIA

    DEXIA devait être le “EADS bancaire”. DEXIA est un pure prototype des États européens (Luxembourg, Belgique, Allemagne, France, etc..) de créer de toute pièce une forme de monstre financier de Franckeinstein, c’est à dire une accumulation d’actifs de toute sortes et de toutes natures pour en faire une banque européenne majeure qui serait le pure produit d’une coopération des Etats Européens.

    Il y a un symbole derrière tout ça ! La coopération inter-étatique européenne est une pure chimère. Et notamment dans le domaine financier. La preuve. DEXIA est une banque fantôme dont les propriétaire sont des banques européennes, dont les propriétaires sont les Etats (La banque postale, CDC etc..) et dont les garants sont les contribuables.

    Magnifique cascade de connerie.

  30. Source wikipédia :

    “Le 7 juillet 2011, les résultats des derniers stress tests montrent que Dexia les a passés avec succès, mieux que BNP Paribas, Société Générale ou le Crédit agricole”

  31. Il fallait mettre Dexia en redressement ou liquidation judiciaire.

    Il n’y a aucune raison pour que l’Etat (ou des instances proches comme la Banque postale) paie à sa place.

    Après, on dira à la classe moyenne qu’elle est responsable de la dette, qu’elle a vécu au dessus de ses moyens, et qu’elle doit se taper un plan de rigueur.

  32. « Les 99% aboient, et le 1% passe » par Myret Zaki

    ” (…) On critique la banque Dexia, qui avait passé le “stress test” européen en juillet, pour faire faillite deux mois plus tard. Mais a-t-on regardé ce qui s’est passé, entre deux, sur les marchés ? Son action a perdu 75%. Le cours de ses obligations s’est effondré sous le poids des paris baissiers, qui ont fait exploser le risque de défaut du titre, dégradant encore et par là-même le bilan de la banque franco-belge. Les titres de toutes les banques européennes ont subi, en septembre, une véritable razzia sur le marché spéculatif des dérivés (CDS). Reste qu’en face de cette force de frappe financière, s’érigent des citoyens mieux informés, l’information étant la première arme de la démocratie. Du printemps arabe à l’automne financier, on assiste à une seule grande révolte contre le fossé grandissant qui sépare la haute finance et les masses. (…) ”

    http://verslarevolution.hautetfort.com/archive/2011/10/20/les-99-aboient-et-le-1-passe.html

  33. @ Boreas

    ” Mais pourquoi, au-delà des pertes encourues par les actionnaires, vouloir sauver Dexia ?

    Sans doute pour éviter les répercussions systémiques, comme pour protéger la note AAA de la France…”


    Bonne question: les pertes de l’État pourraient se limiter à la perte de ses actions.

    Dexia est une SA au capital de 4,82 milliards d’euros, ce qui n’est pas grand chose, à côté des 120 à 200 milliards exigés pour le prétendu renflouement.

    D’autant plus que ces deux objectifs sont contradictoires: pour renflouer le passif de DEXIA, l’État français doit augmenter son propre endettement, donc perdre son AAA, donc payer plus d’intérêts, donc augmenter son endettement, etc..

    Conférence de Marine Le Pen devant le siège de Dexia à La Défense :

    http://www.youtube.com/watch?v=N-0L0eCj7oE&feature=youtu.be

    Militants du Front national de la Jeunesse jouant au poker devant le siège de la BNP pour protester contre la confusion des activités bancaires de dépôt et de spéculation.

    http://www.youtube.com/watch?v=lFzmkRGQbq0&feature=relmfu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>