La production mondiale d’énergie nucléaire en baisse

Actuellement, 427 centrales sont en fonction dans le monde, dont 17 depuis moins de 10 ans. En 2012, la production d’énergie nucléaire a diminué de 7% par rapport à l’année précédente.

Tunnel souterrain de la mine canadienne de Cigar Lake, deuxième gisement mondial d’uranium à haute teneur, exploitée par la société Cameco

La production d’énergie nucléaire a reculé de 7% dans le monde en 2012 par rapport à l’année précédente. Cette baisse s’explique notamment par la mise à l’arrêt de plusieurs sites. En Suisse, les centrales nucléaires ont également moins produit de courant, mais pour d’autres raisons. La production d’énergie nucléaire avait déjà baissé en 2011 de 4% dans le monde, selon la dernière édition du World Nuclear Industrie Status Report (WNISR) du consultant international en énergie et politique nucléaire Mycle Schneider, présentée jeudi au Parlement européen à Bruxellers. L’étude est soutenue par des fondations dont la Fondation suisse de l’énergie.


Actuellement, 427 centrales sont en fonction dans le monde, dont 17 depuis moins de 10 ans. Le courant produit totalise 10% de la quantité totale. Au début des années 1990, cette part atteignait encore 17%. En Suisse, la part du nucléaire totalise 35,8%, selon la statistique de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN).

En 2006, la production mondiale atteignait encore 2.660 térawatt-heure (TWh). L’an dernier, elle a chuté à 2.346 TWh, soit 12% de moins. Par rapport à 2011, le recul représente 7%.

Trois quarts de cette baisse mondiale est due à la situation au Japon, après la catastrophe de Fukushima, écrivent les auteurs de l’étude. Plusieurs réacteurs du pays ont été mis à l’arrêt pour être contrôlés. Fin 2012, seulement deux des 44 réacteurs étaient utilisés, et quatre de plus devaient être rebranchés au réseau cet été.

Hormis le Japon, 16 pays ont vu reculer leur production nucléaire, dont les Etats-Unis, la France, l’Allemagne, la Corée du Sud et la Russie. Dans les dix dernières années, 34 nouveaux réacteurs ont été mis en service, tandis que 53 ont été mis à l’arrêt.

Délais de construction très longs

Début juillet, 66 réacteurs étaient en construction, soit sept de plus qu’en juillet de l’année précédente. Il faut compter environ huit ans pour la construction. Mais sur l’ensemble, neuf le sont depuis plus de 20 ans et quatre depuis plus de dix ans.

En outre, au moins 23 accumulent les retards de construction. Et les auteurs relèvent que 54% des projets n’avaient pas de date officielle délivrée par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) pour le début des travaux. La construction des 34 nouveaux réacteurs a pris en moyenne 9,4 années, selon le rapport.

Ces retards sont également dus à des questions de financement. Alors qu’on estimait il y a dix ans qu’il fallait investir 1.000 dollars pour un kilowatt-heure de courant nucléaire, aujourd’hui, il faut compter avec 7.000 dollars pour une centrale de troisième génération.

28 ans en moyenne

L’âge moyen des centrales en fonction est de 28 ans. En Suisse, cette moyenne est de 38 ans.

La production nucléaire a également baissé en Suisse l’an dernier : elle a reculé de 4,8% à 24,3 TWh. Depuis 2008, cela représente moins 7,8%. Mais la raison de cette baisse tient à trois facteurs : le nombre d’incidents, les révisions pour la sécurité et les étés très chauds qui ralentissent la production des centrales.

La Tribune de Genève

————————

- A lire en complément (par les anglophones), cet article du Guardian du 02 juillet 2013, annonçant l’imminence du pic de l’uranium :

The coming nuclear energy crunch

(traduction bienvenue, si un lecteur veut bien s’en charger)

- L’état de la production minière mondiale d’uranium peut être étudié sur le site :

World Nuclear Association

Commentaires (1)

  1. Le prix de l’uranium va baisser, c’est le moment de faire du stock et de construire de nouvelles centrales pour assurer 60 ans de production.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>