Charlemagne impose la monnaie unique à l’Europe (781)

Depuis la chute de l’empire romain le commerce s’est anémié. Les échanges sont réduits, l’économie tourne au ralenti. Les souverains francs et mérovingiens se contentent d’imiter la monnaie romaine, d’ailleurs de plus en plus délaissée au profit du troc. Il faut attendre Charlemagne pour que l’Occident retrouve enfin une monnaie forte.

Les Germains avaient adopté le système monétaire de l’Empire Romain, dont la monnaie de référence était le sou d’or, c’est à dire le solidus d’or créé par l’empereur Constantin. Cependant, le précieux métal étant rare en Europe occidentale, c’est en Orient que les Francs se le procuraient.

Les conquêtes de l’Islam au VIIème siècle rendirent l’approvisionnement de plus en plus difficile. Dès la fin du VIIème siècle, le sou d’or n’est presque plus frappé en Occident, mettant ainsi le système bi-métallique (or-argent) en faillite. Charlemagne arrive au pouvoir, la situation s’est encore dégradée. Le droit de monnayage n’est plus alors un droit royal : il a été accaparé par les Eglises et les particuliers. Seul le denier d’argent (40 deniers pour un sou d’or au VIIème siècle), reste en circulation. La disparition du numéraire oblige la population à faire le plus souvent usage du troc : en grains, en chevaux, en bétail, en volailles. Dans certaines régions, on compte en grains de poivre pour calculer de petites valeurs !

Une fois son pouvoir affirmé et son royaume unifié sous sa seule autorité, Charlemagne limite la frappe de monnaie à l’usage royal et impose en 781 une monnaie uniquement constituée d’argent. Décision qui lui permet de contourner la pénurie de métal jaune.


Le roi des Francs change également la présentation des pièces : d’un côté son monogramme entouré du nom de la ville où il a été frappé, de l’autre son titre “Carolus rex” (puis imperator) entourant une croix.

Dans la livre de 491,179 grammes qu’il a choisie comme étalon (et qui correspondait au poids qui servait aux moines du mont Cassin à peser le pain) il taille 240 pièces et non plus 264 comme le faisait son père, Pépin le Bref. Un denier valait donc 1/240e de la livre. Même si la livre disparaît concrètement, tout comme le sou, ces deux monnaies subsistent comme monnaie de compte. Toutefois, pour faciliter les échanges les plus usuels (il faut payer l’indispensable sel en monnaie et non plus en grains de poivre ou en dizième de vache), Charlemagne impose le demi-denier qu’on appelle obole et même des quarts de denier (encore appelés pistes). Il arrive même à l’empereur d’être obligé de vendre ses manuscrits les plus précieux pour trouver de la monnaie, comme le veut la coutume, à distribuer aux pauvres.

En revanche , l’argent est abondant depuis que les mines d’argent de la montagne du Harz (en Allemagne) produisent du minerai de grande qualité, fondu sur place. Et surtout, depuis que le souverain victorieux a fait main basse en 795 sur le trésor des Avars, dont l’empire couvrait une partie de l’actuelle Hongrie et de l’Autriche.

La monnaie est enfin saine, abondante, unique, donc honnête ce qui ne signifie pas qu’elle ait été acceptée aussitôt. On ne saura jamais comment les gens ont vécu cette réforme. Interdiction est faite de recevoir les vieux deniers. Obligation d’utiliser les nouvelles pièces “acceptées” par tous, en tout lieu, toute cité, tout marché. L’homme libre qui désobéira paiera 15 sous l’amende. L’esclave fraudeur perdra sa marchandise et sera fouetté nu devant le peuple. Si l’esclave a agi sur ordre de son maître, celui-ci paiera l’amende de 15 sous.

Une seule exception à la dictature de l’argent métal : les pièces d’or frappées à Uzès, qui sont si belles et si rares que l’on a longtemps cru que c’étaient des médailles.

chrisagde.free.fr

Commentaires (2)

  1. Mais pourquoi vouloir faire comme Charlemagne ?

    Pourquoi vouloir faire la même usine à gaz englobant tous les peuples d’Europe ?

    Pourquoi vouloir faire la même gigantesque construction, alors que nous savons que ce genre d’usine à gaz éclate TOUJOURS après quelques décennies ?

    L’Union Européenne, c’est la même folie que l’empire de Charlemagne : même mégalomanie, … et ensuite même éclatement.

    Vendredi 28 juin 2013 :

    La Croatie deviendra le 28ème membre de l’Union Européenne lundi 1er juillet 2013.

    Croatie :

    Selon Eurostat, le taux de chômage s’élevait à 18,1%, en avril dernier, et grimpait même à 51,8% chez les moins de 25 ans.

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20130627trib000772702/la-croatie-en-recession-rejoint-l-union-europeenne-ce-lundi-.html

    La Croatie remplit donc toutes les conditions pour rejoindre l’Union Européenne !

    Mais il y a des pays où c’est encore pire ! La Serbie, par exemple. En Serbie, le taux de chômage est de 25,9%.

    Conclusion : la Serbie, comme la Croatie, va rejoindre l’Union Européenne !

    Feu vert de l’Union Européenne à l’ouverture de négociations d’adhésion avec la Serbie d’ici janvier 2014.

    Les dirigeants de l’UE ont donné leur feu vert vendredi 28 juin à l’ouverture de négociations d’adhésion avec la Serbie d’ici janvier au plus tard, a-t-on appris de source diplomatique.

    « Le Conseil a décidé d’ouvrir les négociations d’adhésion avec la Serbie d’ici janvier au plus tard », a indiqué un diplomate européen s’exprimant sous couvert de l’anonymat.

    La Serbie, candidate à l’adhésion depuis mars 2012, se voit ainsi récompensée de ses efforts en vue de normaliser ses relations avec son ancienne province du Kosovo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>