L’extermination de l’industrie française par l’image

L’évolution de l’industrie française est radicale et plutôt conforme aux projets auto-réalisateurs des économistes libéraux qui voient la France comme un pays de cuisiniers et de touristes. L’industrie s’éloigne des villes grandes et moyennes (et complètement des régions parisienne et marseillaise).

Paradoxalement, la désindustrialisation n’aura suivi que de quelques décennies seulement l’achèvement de l’exode rural. L’industrie est devenue plus que jamais un phénomène frontalier, davantage lié à l’espace économique de l’Allemagne qu’à un espace économique national.

La désindustrialisation s’est accélérée depuis 2008 et la crise de l’Euro. Dans le cadre économique actuel, compte tenu des divergences de compétitivité avec l’Allemagne au sein de la zone euro, l’industrie française qui subsiste ne devrait survivre que quelques années.

Carte de l’industrie en France, comparaison 1968 et 2008 : H. Le Bras, E. Todd, in Le Mystère français, 2013

Mediapart

Commentaires (11)

  1. très peu de travail mais toujours plus d’immigrés pour pallier au manque d’effectifs dans les usines( à électeurs umps).

  2. La vraie exception culturelle française, c’est de considérer que produire est inutile puisqu’il suffit de taxer une population de consommateurs toujours plus grande. Et pour agrandir cette population, le plus simple est évidemment de faire entrer des millions d’immigrés et de les sponsoriser pour qu’ils fassent un maximum de gamins.
    Certes ce modèle parait voué à l’échec car il faut bien que l’argent à taxer provienne de quelque part.. Il s’agit alors de favoriser de nouveaux types de commerce : proxénétisme, drogue, recel, mariages homos, d’une part, et de faire en sorte que l’argent qui “dort” (épargne) soit débloqué pour entrer dans le circuit. Avec ces 2 leviers, on part pour 20 ans de “tranquillité” aux yeux de l’Etat gauchisant.

  3. ras le bol a écrit le 19 mai 2013 à 7 h 51 min

    très peu de travail mais toujours plus d’immigrés pour pallier au manque d’effectifs dans les usines( à électeurs umps).
    =====================

    Exactement l’immigration tue notre pays et ne fait que plonger notre pays dans des jours, semaines, mois et années qui s’annoncent bien sombres!!

  4. J’habite dans un coin à l’Ouest qui ressemble au village d’Astérix (Cholet/vendée).

    Comment voyez-vous cette carte par rapport à votre terroir ?

  5. Droits de succession et ISF ont fait leur œuvre de trahison, toute l’industrie familiale française a été vendu aux multinationales et revendu à l’encan pour renforcer leur monopole.
    Les allemands ont fait un autre choix en soutenant un capitalisme familiale donc forcément plus nationale.
    http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/en-allemagne-l-industrie-reste-une-affaire-de-famille-29-07-2008-106486.php

    La nation, famille des familles…

  6. @CDV

    Pour les familles, je n’ai plus les chiffres en tête, mais quasiment toutes les plus grandes fortunes industrielles françaises sont héritières. Donc il faut relativiser.

    Concurrence des pays émergents pour les PME et les grands groupes français type administratif qui vampirisent tout, et étant présent sur le marché mondial ont plus tendance à délocaliser. Entre l’artisan et la CAC40 un immense no-man’s-land.
    Sinon une vague impression qu’en France une bonne partie des boites (Autre que les artisans) sont créés non pas par des ingénieurs, avec un projet précis, mais par des personnes ayant fait des études commerciales et souvent plus enclin à s’orienter dans les services. Pas de Bill Gates ici, ils travaillent chez Cap Gemini.

  7. Il faudrait rediffuser ce documentaire très intéressant que vous aviez mis en ligne, sur cette vallée où ils faisaient du décolletage (La Vallée de l’Arve je crois).
    Un cas d’école. Tte l’histoire de l’économie française depuis des décennies y était résumé dans cette petite vallée. De son essort à sa chute inéluctable.

  8. @ -do_ob-

    Je suis plutôt d’accord avec ta dernière remarque. Etant ingénieur de formation, les rares camarades de promotion que se sont lancés dans l’entreprenariat ont crée des entreprises de services (consulting) et pas dans la technologie. Les quelques SS2I qui subsistent sont des fabriques de sites web, ou des sous traitants des grandes entreprises industrielles françaises, qui sont soit à capitaux publics (EDF, …) soit dépendants des contrats publics et d’état à état (l’armement, les chantiers navals). Toutes ces grandes entreprises sont des créations de l’état, à l’époque où on voulait créer des champions internationaux. Aucune nouvelle entreprise de technologie n’est apparue en France depuis 15 ans et la révolution internet, des smartphones, des tablettes nous la regardons passer.

  9. @ Imperator:
    Courage,même si j’en ai également gros sur la patate.
    Comme on est face à une crise du sens,et à un choc ou tous les contraires se rencontrent,il y a peut être une solution.
    Je cherche,comme pas mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>