Bompard : “La spéculation contribue à la ruine de ceux qui travaillent”

Le député Non-Inscrit du Vaucluse, Jacques Bompard, expose les carences de la loi séparant les activités bancaires et spéculatives.

En séance à l’Assemblée, le 12 février dernier, Jacques Bompard a expliqué en quoi le projet de loi séparant les activités bancaires et spéculatives était cruellement incomplet.

“Demain, comme hier, les épargnants seront les garants des dérapages bancaires à venir. Cette loi subit les mêmes logiques mondialistes dans la même continuité du mépris pour l’intérêt commun… Sur les 4.000 milliards de dollars des mouvements financiers internationaux quotidiens, 5% seulement alimentent le financement de l’économie réelle, les 3.800 milliards restant sont liés à des opérations spéculatives.”



(Merci à Damien)

Commentaires (9)

  1. Il est à noter dans l’intervention que le fond de garantie des dépôts des épargnants “sera fusionné avec celui des banques” !!!!!!!
    Ce qui doit obligatoirement impacter le privilège et la sureté de la créance au détriment de l’épargnant. Puisque aucune distinction ne peut être faite sur les créanciers vis à vis de cette garantie maintenant commune.
    Dans les dépôts de bilan et hors privilège de rang des créanciers, ce sont les plus gros qui sont privilégiés à titre chirographaire. Ce qui revient à dire, que les épargnants ne seront surement pas indemnisé en cas de faillite, du fait de la fusion de cette garantie.
    C’est tout simplement scandaleux.

  2. 1 Noway a écrit le 15 février 2013 à 1 h 35 min
    Il est à noter dans l’intervention que le fond de garantie des dépôts des épargnants “sera fusionné avec celui des banques” ! Dans les dépôts de bilan et hors privilège de rang des créanciers, ce sont les plus gros qui sont privilégiés à titre chirographaire. Ce qui revient à dire, que les épargnants ne seront surement pas indemnisé en cas de faillite, du fait de la fusion de cette garantie. C’est tout simplement scandaleux.
    ____________________
    Faire comme Cantona

  3. Fusionnés ou pas ça ne change rien…ces deux fonds de garantie sont tellement ridicules qu’ils ne servent qu”à endormir les gnous idiots devant leur TV

  4. Dans tous les cas, il n’y a pas à garantir les banques hors dépôts des épargnants.

    C’est la règle du capitalisme. Le reste c’est de l’assistanat….
    Comme le rappelle les libéraux dans tous les autres cas.

    Les banques n’hésitent pas à saisir les biens en cas de défaut de paiement de crédit… alors que leur propre système économique ne repose sur rien.

    Quant à la dette des Etats, elle repose sur ce système bancaire virtuel en faillite, sachant qu’il représente 320 fois le PIB en produits dérivés. C’est à dire 320 fois la valeur des biens produit, tout en étant totalement virtuel et majoritairement spéculatif !

    Donc hors épargnant et renflouement par le contribuable (temps de travail rémunéré épargné), tout ceci n’est qu’un grand mensonge.

    Une démultiplication du temps de travail réel (produits dérivés) pour le maintien d’une économie devenue totalement fictive.

    320 fois le PIB de la France, donc 320 fois plus d’heures de travail qui ne repose sur rien de tangible. Nous sommes loin du différentiel de compétitivité de 4h entre 35 et 39h par semaines, dont on nous rabat les oreille depuis plus de 10 ans.

    Ce sont pourtant les mêmes qui demandent une augmentation du temps de travail et le détricotage du code du travail avec la bienveillance des syndicats, largement financé par l’Etat et les entreprises. Ben voyons !

    Augmentation du temps de travail qui n’a aucun sens vis à vis du taux de chômage actuel. Surtout vis à vis des gains de productivité passé et à venir dans l’industrie, les services, l’agriculture….

    Dernier secteur dont la gestion est encore plus pathétique, puisque l’on subventionne ce secteur tout en l’obligeant à faire de la jachère. Et ceci pour faire augmenter artificiellement les cours des MP en cas de mauvaise récolte. Ce qui impacte le contribuable (subventions public), mais aussi le consommateur !

    Mais dans tous ces cas, l’on évoque aujourd’hui la responsabilité du citoyen sur ces crises, dont il n’est aucunement à l’origine, mais victime !

    On se fout du monde !

    Dans les faits, Ces 320 fois le PIB correspond au gain de productivité et à la spéculation sur les actifs mobilier et immobilier.
    320 fois qui aurait du se traduire par une baisse du temps de travail et de la valeur des actifs mobilier et immobilier.

    Car si l’on en revient à la valeur des choses. Celle-ci n’a de sens, que celui qu’il a fallut pour les produire (temps de vie travail + ressources).
    Et là, on a un différentiel de 320 fois, que l’on peut corrélé avec le taux de chômage (heures de production perdues) depuis sont avènement.

    Mais comme le dit @Dupontg en parlant de “gnous idiots”. Il faut bien occuper le temps de cerveau disponible de cette population en lui faisant croire à la belle histoire de l’économie.

    La faire chercher du travail qui n’existe pas est une bonne solution. L’objectif étant de les conserver intellectuellement à la base de la pyramide de Maslow par ce biais.

    A défaut, cette population de “gnous idiots” pourrait avoir envie de réfléchir à l’origine du problème, son mécanisme et demander d’assumer aux vrais responsables de ce mensonge la paternité de la situation !

    Ce qui est le second palier de cette fameuse pyramide de Maslow.

  5. Mais dans tous ces cas, l’on évoque aujourd’hui la responsabilité du citoyen sur ces crises, dont il n’est aucunement à l’origine, mais victime !

    et my ass, c’est du chicken ?
    ^^

  6. @alex
    On en sait rien, si ton ass, c’est du poulet.
    Si tu te pose la question, comment veux-tu que les autres le sache ?

    Et puis ce n’est pas un sujet sur l’agro-alimentaire ! ;)

  7. Eh bien oui tout ceci est foncièrement nihiliste !
    On renforcera les revenus de la rente au détriment des revenus du travail .
    Quid des classes laborieuses ?
    Quid des forces vives de la nation ?
    Quid de la France ?

  8. Pour confirmation de mon post (1)
    Le gouverneur de la Banque de France pourra je cite :
    “Piocher dans le fond de garantie des épargnants pour renflouer les défaillances d’un fond spéculatif !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>