Pôle emploi : Mission impossible

Une journaliste des «Infiltrés» a réussi à intégrer une agence importante d’une grande ville française : une embauche sans vraie sélection et avec une formation sur le tas.

Jour après jour, cette infiltrée a découvert la réalité du quotidien des conseillers de Pôle emploi, en sous-effectifs chroniques, écrasés par la bureaucratie et des directives inapplicables, parfois à la violence, et scandalisés par la politique du chiffre.

(France 2 – Les Infiltrés – 01 février 2013)

Commentaires (12)

  1. PoleEmploi, nom grotesque qui désigne une usine Potemkine.

    La seule statistique que les Conseilles PolEemploi ne tiennent pas est le nombre de chômeurs qui retrouve un emploi, et lequel !!!

    Le directeur de PoleEmploi, Jean Bassères, menteur professionnel et baratineur, se scandalise d’une chose, c’est qu’on ait osé faire un reportage pour connaître l’étendue du désastre.

    Aider plus les chômeurs, leur donner plus de conseils, améliorer leur CV, les recevoir plus souvent et plus longtemps ne sert absolument à rien si le nombre d’emplois disponibles n’augmente pas,.. mais diminue.

    Le fait de croire qu’on va être plus efficace en sous-traitant la mission de service public à des agents privés (payés à la tâche et non à l’heure) est aussi caractéristique du désordre général. On viole les règles de la comptabilité publique et le Statut de la fonction publique en occultant l’augmentation du nombre des agents qu’on fait passe pour une commande à un fournisseur.

    La gestion aberrante et illégale du personnel contractuel se retrouve dans toutes les administrations: selon le Code du travail, l’agent qui en est à son 4° CDI est de plein droit engagé à durée indéterminée.

  2. Pôle emploi, fusion de l’ANPE et des Assedic, ne remplit en pratique qu’un seul rôle : gérer les allocations chômage.

    À Pôle emploi, sur 45 400 équivalents temps-plein, seuls 6 700 se consacrent exclusivement aux entretiens, soit 16,7% des effectifs. Gérer plus de 5 millions de personnes dans les catégories A, B, C, D avec un personnel aussi réduit est une vaste blague.
    D’autant que le personnel du Pôle emploi doit couvrir tous les domaines d’activité : bâtiment, restauration, informatique, industrie, et ne peut donc pas aider les chômeurs.

    Ceux qui le peuvent se tournent vers d’autres organismes comme l’APEC pour les cadres, bien plus efficace, ou se débrouillent par eux-mêmes en démarchant les recruteurs. Ceux qui ne passent que par Pôle emploi sont souvent ceux qui n’ont aucune chance de retrouver un travail.

    La machinerie Pôle emploi ne sert qu’à gérer la misère sociale et trouver tous les moyens pour réduire le nombre de chômeurs en catégorie A, en leur payant des stages, leur trouvant un temps partiel, ou les radiant tout simplement.

  3. Sans oublier que certains chômeurs souhaitent rester inscrits le plus longtemps possible du fait des généreuses allocations

  4. @ Mist a écrit le 3 février 2013 à 16 h 48 min

    Sans oublier que certains chômeurs souhaitent rester inscrits le plus longtemps possible du fait des généreuses allocations.


    C’est un mythe.

    Plus de 50 % des inscrits à l’ANPE ne touchent aucune indemnité.

    Plus de la moitié de ceux qui sont indemnisés ne touchent que le minimum qui est égal au RSA.

    Ce ne sont pas ces misérables indemnités des chômeurs qui coûtent cher, mais les salaires d’autres catégories de parasites comme les employés de banque.

  5. @PL24
    Heureusement que j’ai précisé “certains”.
    Et non ce n’est pas un mythe. Je me suis déjà retrouvé 2x au chômage avec des allocations de 1330€ pdt 24 mois + formation AFPA de 10 mois coûtant 24000€ puis une autre fois 950€ pendant 7 mois après avoir bossé 7 mois avec un peu plus du SMIC et en faisant le calcul il était clair que ça ne valait pas le coup de retourner bosser. Ce système est mal foutu tout simplement.
    Mais je m’en moque car il est clair que dans quelques mois tout ce système s’effondrera comme ailleurs donc autant accélérer le processus en en pompant le maximum.

  6. Ce que je retiens en tous cas dans cette vidéo, c’est que la triche, le culot ça marche ! Falsifiez votre CV comme cette journaliste, non seulement vous ne courrez rien niveau juridique mais en plus très peu d’employeurs vont prendre la peine de tout vérifier, si vous avez en plus une confiance en vous et dans votre baratin c’est la réussite assuré pour trouver un job. Les employeurs mentent aussi sur les conditions de travail, c’est de bonne guerre de leur faire pareil !

    Pour résumer les clés de la réussite dans ce pays, c’est la méthode Tapie : triche et culot !

  7. Pour ma part, je suis à pole emploi depuis 1 mois, et j’ai eu le choix entre beaucoup de formations, des gens compétents et à l’écoute. C’est pas le pole emploi à Paris, parce que Paris c’est une ville déconnecté des réalités, mais un pole emploi d’une campagne du nord de la France.

    Alors essayons de prendre cette meme journaliste dans un pole emploi hors de Paris, le résultat ne sera pas le meme.

  8. A Francois 24.., à bon? En effet on ne doit pas etre dans le meme pole emploi..car dans ma ville les bons a rien les fesses au chaud..ca ne manque pas.Je peux vous dire qu’il m’a fallut intervenir au moins une trentaine de fois au conseil generql avec courriers A/R, afin que mon dossier en tant que demandeur d emploi soit au moins une fois placé dans les fichiers et informatisé. J’ignore votre localite..mais a mon avis..je ne sais pas pourquoi..j ai beaucoup de mal a vous croire quand vous dites que vous etes tombés sur des competents. Meme un agent territorial une fois m’avait dit.. : “Oui nous le savons tous que se sont des pleutres et des bons a rien.” Alors..qu’attendent-ils pour les virer et mettre des gens serieux a leurs places?

  9. Le chômage ça donne ça :

    Une mère de famille s’est donné la mort par pendaison dimanche soir à Saint-Gelais (Deux-Sèvres), après avoir étranglé ses trois enfants de trois ans, deux ans et dix-sept jours. Cet acte désespéré intervient après le suicide de son mari fin janvier. Selon le Courrier de l’Ouest, la jeune femme se prénommait Emilie et était âgée de 22 ans.

    Le voisin avait été prévenu par ce proche à qui la jeune femme venait d’adresser un SMS évoquant son intention de mettre fin à ses jours.

    Elle disait ne pas supporter le suicide le week-end précédent de son époux, 24 ans, en proie à des problèmes professionnels et financiers, et qui a mis fin à ses jours une semaine après la naissance de leur troisième fillette.

    Dans l’écrit retrouvé dans la maison, la mère de famille avait également mentionné les modalités pratiques à observer pour les obsèques de la famille.

    ——-
    SUR LE MÊME SUJET

    5 janvier : un père et ses enfants retrouvés morts à Ciran (Indre-et-Loire)
    21 janvier : une famille décimée à Garons, près de Nîmes21 janvier : une famille décimée à Garons, près de Nîmes
    28 janvier : une famille entière victime d’un drame familial28 janvier : une famille entière victime d’un drame familial.

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/niort-une-mere-se-tue-avec-ses-trois-enfants-apres-le-suicide-de-son-mari-04-02-2013-2538511.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>