Les classes moyennes des pays émergents deviennent plus exigeantes

Les classes émergentes adoptent de nouveaux comportements. Elles obligent les entreprises présentes dans les pays en développement à tenir compte de leurs revendications.

Les manifestations en Inde le mois dernier pour le statut des femmes en attestent. Comme d’ailleurs les mouvements sociaux en Afrique du sud, où le chômage des jeunes dépasse 40 % ; la crise en Russie à la fin de 2011 ou encore les printemps arabes. Beaucoup de tensions qui secouent les pays émergents agissent comme le révélateur des transformations sociales enclenchées par l’augmentation du niveau de vie.

En fer de lance de ces revendications, les classes moyennes, ces consommateurs en herbe qui, tout en accédant à un mode de consommation à l’occidentale, développent des exigences sociétales de plus en plus fortes. Celles-ci vont souvent dans le même sens : une plus grande transparence de l’Etat, moins de corruption ou encore un respect accru des libertés publiques.


Pour les ménages qui, par exemple, deviennent propriétaires d’un bien immobilier, leurs comportements peuvent « montrer un attachement exacerbé à ces notions de propriété et revendiquer plus que les autres la mise en place d’un Etat de droit », expliquait récemment François Heisbourg, conseiller spécial à la Fondation pour la recherche stratégique, lors d’un colloque organisé par Coface sur ce thème.

L’histoire de l’Europe fourmille d’exemples montrant que la transformation sociale ne s’effectue pas toujours en douceur et qu’elle peut parfois prendre des allures révolutionnaires. Elle peut même flirter avec le nationalisme, comme ce fut le cas en Allemagne au XIXe siècle. Et que dire lorsque l’ascenseur social se met à redescendre ? On aboutit alors à la situation de l’Allemagne dans les années 1930, poursuit le conseiller spécial.

Toutes ces tendances sont observées à la loupe car « elles sont importantes pour juger l’évolution des risques pour les entreprises travaillant dans ces pays », explique Jean-Marc Pillu, directeur général de Coface. En Inde, par exemple, où la classe émergente est fortement urbanisée et de plus en plus exigeante, « on voit bien que les institutions ne sont pas capables de répondre », estime un expert.

Les entreprises occidentales voient dans ces marchés en développement l’aubaine commerciale qui leur fait défaut sur leurs terres. Dans la seule Asie, par exemple, les classes moyennes comptent plus de 500 millions de personnes, soit l’équivalent de la population de l’Union européenne. « En Inde, la classe moyenne d’ici à 2030, sera celle qui dépensera le plus dans le monde », prophétise Amitabh Kundu, professeur d’économie à la Jawaharlal Nehru University.

Pour l’automobile, par exemple, l’avenir se dessine essentiellement au travers des marchés émergents. Le parc mondial devrait croître de 30 % dans les dix prochaines années, à 80 %, grâce à la demande émanant des économies en devenir. La réserve de croissance paraît sans limite, si l’on considère que, en Inde, 18 % des ménages peuvent actuellement prétendre acheter un véhicule neuf contre 30 % au Brésil et 50 % en Russie.

Ce qui vaut pour les voitures vaut aussi pour le luxe et les biens de consommation. Des potentiels énormes qui imposent de ne pas perdre de vue les transformations sociales qu’ils induisent.

Les Echos

Commentaires (4)

  1. Les coûts de production vont augmenter, il va falloir redélocaliser la production dans des pays plus arriérés.

  2. “Les coûts de production vont augmenter, il va falloir redélocaliser la production dans des pays plus arriérés.” ==> Intéressant votre commentaire
    Je vois mal ou il pourrons délocaliser ni comment l’Asie pourrons consommer 70% de part de marché à la seule alors que l’Europe/USA/Japon représenterons seulement 15% …. j’ai du mal à imaginer comment le pékin moyen de chine puisse gagner d’avantage qu’un Européen sauf en cas d’évènement majeurs (Guerre mondiale + défaite de l’occident)

  3. Exact PL24 donc le capitalisme va poursuivre son œuvre de destruction en se répandant ailleurs une fois qu’il a détruit le mode de vie traditionnel d’un peuple et l’abandonne a sa misère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>