La méthode Jean Pain

Jean Pain était un autodidacte, inventeur d’un système de production d’énergie autonome, sans impact sur l’environnement (bilan carbone nul). Il démontrera la possibilité d’extraire de l’énergie thermique par contact avec la masse en fermentation et produira du “bio gaz” à partir de matières fortement ligneuses.

C’est en 1970 que Jean Pain met au point ces “Méthodes”, techniques permettant de fabriquer un compost à partir de broussailles. Les qualités de ce compost sont extraordinaires et lui permettent de produire des légumes même sur des sols très pauvres sans arrosage, sans traitement d’aucune sorte et sans apport de fertilisant autre que son “compost de broussailles“.

En 1972 Ida, son épouse, écrit un livre “Un autre jardin” relatant les découvertes de son mari. En 1976 Jean PAIN sera décoré de la médaille du grade de Chevalier du Mérite Agricole par le Ministre de l’Agriculture de l’époque, Mr Maihaignerie, pour ses travaux concernant le “Compost de Broussailles”.

Il invente le “Broyeur Jean Pain” pour palier à l’indisponibilité du matériel capable de réduire les broussailles et autres végétaux ligneux en un broyat de granulométrie appropriée au compostage selon sa méthode.

Commentaires (8)

  1. Pour produire du méthane, il faut un mélange de carbone (donné par le bois ou la paille, la cellulose) et d’azote (donné par l’urée dans le fumier, l’herbe fraiche, certains déchets organiques).

    Un mélange avec que des copeaux de bois sec n’est pas équilibré, il manque trop d’azote et la digestion s’arrêtera à 10 %. Par contre, des résidus de taille de gazon et de branches vertes c’est presque bon.

    Il y eu des expériences pour alimenter des digesteurs à méthane avec des plantes cultivées exprès, par exemple les jonquilles d’eau dans des marais.

    En France, il y a une biomasse avec un potentiel énergétique énorme avec les résidus de taille frais comme ceux de l’élagage et de la tonte des bords de routes et d’autoroutes.

  2. PL24 : Pq faut-il de l’azote pour faire du méthane ?
    méthane : CH4
    azote : NHx

    Concernant la biomasse, tu as raison. A toute exploitation agricole faisant de l’élevage bovin ou d’équidés devrait être adossé un complexe fabriquant du méthane et de l’eau chaude (le fumier, ça chauffe quand ça se décompose).

    Exemple concret de méthanisation dans une exploitation :
    http://www.youtube.com/watch?v=ynSNibF79Z0

  3. Pour en remettre une couche, nos décideurs sont des idiots.
    Ils ont tous à la bouche développement durable mais aucune idée sur le sujet. Pour eux, ça se résume aux panneaux photo-voltaïques et à l’éolien.
    A côté de chez moi, ils ont un projet de parc éolien au sommet de la montagne. Je me demande encore comment ils vont pouvoir monter les éoliennes là-haut.
    Dans mon coin, on a des élevages bovins dans tous les villages. Je vois le tas de fumier de mon voisin fumer depuis ma fenêtre et je pense à toute cette énergie perdue…

  4. @ nenni ma foi a écrit le 29 janvier 2013 à 16 h 38 min

    Pq faut-il de l’azote pour faire du méthane ?


    Je voulais dire de l’hydrogène, on la trouve dans l’urée et dans les déchets verts qui doivent être mélangés à des déchets ligneux (paille, copeaux, papier) pour faire du CH4.

    L’azote (N) c’est pour l’engrais complet NPK, ça n’a rien à voir (sauf que le résidus de compost est un bon engrais).

  5. Avec la fermentation anaérobie, l’urée CONH2 perd son H qui se recombine avec le C pour former du CH4, et le N libéré devient un excellent composant pour faire de l’engrais complet en ajoutant des cendres de bois pour faire du NPK.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>