Emploi : les prévisions noires de l’Unedic

Le gestionnaire de l’Assurance chômage anticipe une nette hausse du nombre de demandeurs d’emploi en 2013, ainsi que de son déficit.

Après la satisfaction (pas tout à fait) générale provoquée par le succès des négociations sur l’emploi, vendredi, le retour à la réalité. L’Unedic, qui gère les finances de l’Assurance chômage, a livré ce lundi des prévisions pessimistes pour 2013 : ses finances devraient être au diapason de l’emploi en 2013, c’est-à-dire franchement dans le rouge, en raison de la croissance quasi-nulle à laquelle s’attendent les économistes.

Pour faire ses comptes, en effet, l’Unedic ne s’est pas appuyée sur la prévision du gouvernement, un 0,8% de moins en moins crédible, mais sur le chiffre de 0,1% retenu notamment par l’Insee. Autant dire que l’activité restera stable en 2013, ce qui ne permettra pas de résorber un chômage en hausse depuis dix-neuf mois consécutifs.

L’institution s’attend donc à 185.500 inscriptions supplémentaires à Pôle Emploi en catégorie A (aucune activité), après 295.000 en 2012. Un ralentissement, donc, mais pas une baisse : le nombre total de demandeurs d’emploi de catégorie A s’élèverait ainsi à 3.300.000 environ. Le nombre de demandeurs d’emploi indemnisés, lui, augmenterait de 180.000 environ, ce qui entraînerait une augmentation de 8% des dépenses de l’Assurance chômage.

Dans le même temps, cette dernière verrait la situation se dégrader côté recettes, en raison des destructions d’emploi, mais aussi de la faible progression de la masse salariale, sur laquelle sont appuyés ses revenus. L’endettement de l’Assurance chômage augmenterait donc de près de 34%, atteignant 18,6 milliards d’euros en fin d’année, un niveau record.

Lire la suite sur le site de Libération

Commentaires (10)

  1. Pour l’instant, la réalité dépasse les prévisions.

    http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/le-deficit-budgetaire-a-103-4-milliards-d-euros-fin-novembre-15-01-2013-1614906_240.php

    Le gouvernement annonce un déficit fin novembre 2012 de 103 milliards, et une déficit à fin 2012 de 87,2 milliards, selon des données provisoires.
    Soit il y a des rentrées d’argent exceptionnelles au mois de décembre, soit il va manquer 16 milliards de plus dans les caisses de l’État que ce qui était prévu, ce qui nous amènerait à 6% de déficit.

  2. L’institution s’attend donc à 185.500 inscriptions supplémentaires à Pôle Emploi en catégorie A (aucune activité), après 295.000 en 2012. Un ralentissement, donc, mais pas une baisse : le nombre total de demandeurs d’emploi de catégorie A s’élèverait ainsi à 3.300.000 environ

    Mais bien entendu, les francais seront radiésdes listes pour un oui ou pour un non, juste pour balancer des chiffres arrangeants au gouvernement, mais surtout pour ne pas payer les indemnités et jouer sur la trésorerie. Le temps que les radiés se ré inscrivent ils ne touchent rien, c’est toujours ca de pris.

  3. @Garath
    Oui il ne faut pas être grand devin pour imaginer que les 4,5% prévus pour 2012 seront allègrement dépassés.

    Pour l’année 2011 il a été de 103,1 milliards. Ils ont essayé de le réduire et résultat, fin novembre il est déjà à 103,4… Bref il va augmenter.

  4. Revenons un an en arrière : chacun claironnait que la crise était derrière nous et que tout allait pour le mieux, l’objectif de croissance était de 1,2% et l’Unedic annonçait 55 000 chômeurs supplémentaires pour 2012 : http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/10/04/tres-faible-diminution-du-chomage-en-2012-selon-le-pole-emploi_1582246_3234.html .

    Un an plus tard, le chômage en catégorie A a finalement augmenté de près de 300 000 unités.

    Cette année, leurs prévisions devraient être plus conformes à la réalité, puisqu’ils se basent sur un objectif de croissance de 0,1%, mais pourraient bien être de nouveau revues à la baisse.

    A la fin de cette année, nous pourrions bien atteindre le chiffre de 10 millions de sans-emplois, triste record.
    A part travestir les chiffres, les différents gouvernements qui se succèdent ne servent pas à grand chose.

  5. En tout cas ce n’est pas avec ce que je consomme que la croissance va repartir.

  6. A la fin de cette année, nous pourrions bien atteindre le chiffre de 10 millions de sans-emplois

    ce conditionnel est une démonstration parfaite de la naïveté béate dont fait preuve la majorité de nos contemporains…
    ^^

    mais bast, les ventes de tablettes, téléphones, et autres téléviseurs n’oayant point fléchi, pas d’inquiétudes à avoir, y peuvent ponctionner encore plus.

  7. En attendant un gouvernement du FN qui mette en oeuvre un programme de relocalisation, il y a un moyen très simple de renflouer l’Unedic:

    Assujettir tous les traitements de fonctionnaires et les indemnités parlementaires aux cotisations chômages.

    Ce n’est pas parce que les fonctionnaire ne subissent jamais le chômage, qu’ils ne doivent pas être solidaires des camarades travaileurs du privé.

    Allez, les fonctionnaires socialistes, tous ensembles solidaires avec les chômeurs.

  8. @PL24

    Les fonctionnaires ne sont pas aussi bien lotis que vous semblez le croire.

    L’État a bloqué toute progression salariale sur nombre de régimes spéciaux depuis des années. Les fonctionnaires de la Mairie de Paris ou du Sénat sont une exception.

    J’ai eu accès à la grille salariale des fonctionnaires de la BdF et constaté qu’à responsabilité équivalente leur traitement était aujourd’hui 30% inférieur à celui du privé. Pas de quoi pavoiser.

    Le statut de fonctionnaire est intéressant pour ceux disposant d’une faible qualification, et leur permet d’accéder à une rémunération et une sécurité de l’emploi supérieures à ce que le privé leur aurait offert.
    Le régime de retraite est par contre trop avantageux.

  9. @ Garath a écrit le 16 janvier 2013 à 17 h 08 min

    Les fonctionnaires ne sont pas aussi bien lotis que vous semblez le croire.

    —–
    Je n’ai pas dit ça, mais c’est vrai que de nos jours, ne pas risquer de se retrouvé au chômage, c’est-à-ditre banni de la Societété, c’est un énorme privilège.

    Je ne vois pas pour quelle raison les fonctionnaires qui n’ont que le mot solidarité à la bouche, ne cotiseraient pas pour le chômage.

    Les retraités aussi, tant qu’à faire.

    Mes agents de la Fonction publique, en particulier tous ceux de Bercy, tous ceux qui sont pour l’UE, tous ceux qui militent pour l’immigration, sont beaucoup plus les responsable du chômage que les employés du privé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>