« La lutte des classes revisitée » (Rediff.)

Tribune libre de Raymond La Science

L’INSEE vient de mettre en avant le fait que « Les descendants d’immigrés d’Afrique sont trois fois plus au chômage que les Français de souche ». Faut-il en déduire que le taux de chômage des immigrés résulte des discriminations dont ils seraient victimes, de leurs difficultés scolaires ou encore des difficultés de vie quotidienne auxquelles ils seraient confrontés ?

Ou peut-on entrevoir une autre explication, plus naturelle, à ce phénomène étrange : si beaucoup de nouveaux arrivants demeurent au chômage ne serait-ce pas tout simplement parce qu’ils ne veulent pas de travail ?

Une observation de la stratification des classes sociales dans notre structure sociétale, et de leurs inter-relations amène à cette réflexion. Nous sommes en effet imbriqués dans une société qui comporte plusieurs systèmes économiques, une société à cinq classes.


1/ La plupart des immigrés et le lumpen-prolétariat sont dans un système COMMUNISTE REDISTRIBUTIF NON RÉPRESSIF, aux dépens de la classe ouvrière et de la classe moyenne. Cette première classe ne produit rien, est intégralement assistée, subit un contrôle social minimum, mais consomme, enrichissant les quatrième et cinquième classes. Elle n’a théoriquement pas accès à la propriété, mais elle y parvient tout de même souvent par la magouille non réprimée.

2/ Ouvriers, employés et salariés de la «classe moyenne» sont dans un système SOCIALISTE CONFISCATOIRE RÉPRESSIF au profit de toutes les autres classes. Cette seconde classe produit et consomme beaucoup. Elle a droit à la propriété (encore quelques temps) en échange de sa tonte. L’étape prochaine est de taxer ses propriétés pour calmer la première classe, sans altérer les privilèges des trois autres. Initialement constituée de prolétaires au sens marxiste, c’est à dire de gens ne disposant que de leur force de travail et pas du capital, elle est en partie parvenue à capitaliser lors des trente glorieuses, mais n’a pas investi ce capital dans les structures d’exploitation de la force du travail (ceux qui l’ont fait au travers de la Bourse ont été ruinés). Son patrimoine est essentiellement immobilier donc surexposé aux taxations et à la spoliation d’ores et déjà prévue. Elle est appelée à retourner à sa condition prolétarienne initiale et à la double répression exercée en tenaille par la classe n°1 et par les classes dominantes.

On comprendra au regard des conditions réelles d‘existence et de survie des deux classes décrites, que l’effort quantitatif et qualitatif demandé pour passer de la première à la seconde par le travail réellement disponible ne soit pas forcément de nos jours suffisamment attractif.

3/ La classe supérieure (cadres supérieurs, professions libérales, hauts fonctionnaires) est dans un système LIBÉRAL CLOS. Entretenue par la seconde, elle produit peu mais consomme énormément. Par contre elle n’a pas accès aux avantages du mondialisme, paye des impôts et dépend des législations nationales. Elle a accès à la propriété mais elle est fortement taxée. C’est la classe d’encadrement de la seconde.

4/ La super classe est dans un système LIBÉRAL OUVERT. Elle est chargée de gérer et d’animer le système. Les avantages de la mondialisation lui sont ouverts, elle échappe aux législations locales, son statut économique n’est relié à la communauté nationale que dans la mesure où elle le veut bien, elle est propriétaire des biens de grande valeur et échappe à l’essentiel des impositions. Les membres de cette classe constituent le système politico-financier et médiatique. La super classe est visible, connue et exposée à une révolte.

5/ Les oligarques, l’hyper classe, appartiennent à une autre planète. Leur système ULTRA LIBÉRAL MONDIALISE ANARCHISANT ne connaît ni nations, ni frontières, ni répression, ni interdits, ni participation solidaire à quoi que ce soit. L’hyper classe est l’ultime bénéficiaire de la mécanique d’ensemble et de la concentration ultime du capital. Invisible, anonyme, intouchable, elle a tiré des révolutions passées la leçon qu’il ne faut pas habiter le château en haut de la colline. La planète lui appartient en grande partie et elle compte devenir propriétaire de tout ce qu’elle ne possède pas encore, les terres, le vivant, eau et air inclus, afin de le louer aux autres classes. Cette classe est une classe criminelle, souvent venue du crime organisé et se proposant d’esclavagiser l’humanité par le moyen du crime. La quatrième classe est son fusible de sécurité.

**

Ce système n’a pas besoin des Nations, bien au contraire car celles-ci constituent un obstacle majeur aux visées de l’hyper classe. La nation étant l’organisation du peuple, la solution “élégante” pour s’en débarrasser est de mélanger les peuples. Les avantages immédiats sont multiples : diviser pour régner, affaiblir le seul adversaire qui pourrait s’attaquer au Capital hyper-concentré, faire diversion, faire pression sur les salaires, instaurer un climat de précarité économique et sécuritaire qui intimide les classes moyennes, etc. A long terme, l’hyper classe parie que la fin des nations déblayera les derniers obstacles à sa toute puissance.

La circulation croissante des biens a pour conséquence la concentration du capital dans un nombre de mains décroissant par un processus de sélection-adaptation. Ce transfert de capital entraîne un transfert du pouvoir des systèmes anciens d’intérêts publics vers des systèmes nouveaux d’intérêts privés et donc vers un affranchissement des règles qui accélère le processus.

La nature déterministe de cette organisation sociale en mutation n’exclut pas les ententes entre les acteurs de l’hyper classe, basées sur des convergences d’intérêts, momentanées ou durables. Mais la thèse du complot unique semble exclue non seulement parce qu’elle est inutile au modèle mais aussi parce que les acteurs de l‘hyper classe sont trop divers pour n’avoir QUE des intérêts communs, ou tendre vers un objectif unique.

Pas de planification complotiste donc, de la part de l’hyper classe et de ses serviteurs. Mais crime oui, voire crime organisé. Contre les nations. Et contre les peuples.

Commentaires (36)

  1. Excellente synthèse.

    Tout le monde devrait lire cette tribune.

    Je ne sais pas qui est “Raymond La Science”, mais quelque chose me dit que je l’ai déjà croisé dans les commentaires. ;-)

  2. Merci Raymond,

    Excellente synthèse que je met derechef dans mes favoris. Bravo en passant au travail de l’équipe de Fortune et leurs intervenants de qualité.

  3. Imparable, comme d’habitude.

    Si cela vous agrée, estimé Raymond la Science, pourriez-vous me donner un moyen de vous joindre via cet email:

    savpeche29@orange.fr

    je suis sur un projet sans prétention, mais d’ordre “littéraire” auquel vous pourriez apporter une contribution plus qu’utile et que j’aimerai vous exposer.

    Encore bravo et bon dimanche.

  4. Il serait de surcroît intéressant d’analyser en quoi un certain nombre d’éléments de la deuxième classe se croit sincèrement l’allié objectif des oligarques et de leurs larbins ; c’est particulièrement le cas des prolos version Club Med superficiellement enrichis durant les 30 glorieuses qui votent pour des individus (Sarkozy…) qui les méprisent profondément mais qu’ils croient sincèrement proches de leurs intérêts.

  5. Les réactions au texte de Raymond La Science dans les médias selon les 5 classes:
    1) “Walà vas-y bouffon quèce tu racontes ?”
    2) :-x
    3) “Olàlà, chérie, regarde cette photo de Térébentine sur sa luge à Megève !”
    4) “Raymond La Science tient un discours passéiste et nauséabond. C’est un individu dangereux autour duquel il est nécessaire de maintenir un cordon sanitaire républicain. Il n’a plus sa place dans les médias et chez X entreprise. Nous demandons sa démission.”
    5) “Hihihi”

  6. Belle clarté et beaucoup de pédagogie dans cette synthèse lucide du système de classes actuel.

  7. Toute critique de l’oppression par une classe dominante est condamnée comme “théorie du complot”.

    Toute la presse, le PC, le PS, Marcel Gauchet, la CGT, le NPA, et autres partis de gauche vous expliquent qu’il n’y a plus de classe dominante, car nous sommes en démocratie, dans des pays où le pouvoir est exercé par le peuple, ou par le représentants.

    Le seul ennemi désigné est le fascisme, c’est-à-dire ceux qui défendent la souveraineté des États-nations. Ce n’est pas le parti des Banques, ni l’UMP, l’hyperlibéralisme, que Jean-Luc Mélanchon combat, c’est Marine Le Pen.

    Ca fait longtemps que Guy Debord a attiré l’attention sur le fait que le pouvoir tyrannique ne s’exerce plus par une classe bien en évidence de type militaires, qui revendique l’exercice du pouvoir, et qu’on peut affronter, mais par une classe sournoise, invisible, qui dénie son existence.

    Un lobby qui n’existe pas.

    « La classe idéologique-totalitaire au pouvoir est le pouvoir d’un monde renversé: plus elle est forte, plus elle affirme qu’elle n’existe pas, et sa force lui sert d’abord à affirmer son inexistence. Elle est modeste sur ce seul point, car son inexistence officielle doit aussi coïncider avec le nec plus ultra du développement historique, que simultanément on devrait à son infaillible commandement. Étalée partout, la bureaucratie doit être la classe invisible pour la conscience, de sorte que c’est toute la vie sociale qui devient démente. (…) 107. (…) Les membres de la classe bureaucratique au pouvoir n’ont droit de possession sur la société que collectivement, en tant que participants à un mensonge fondamental: il faut qu’ils jouent le rôle du peuple dirigeant une société démocratique; qu’ils soient les acteurs fidèles au texte de l’infidélité idéologique. » (Guy Debord, La Société du spectacle, Buchet-Chastel, Paris, 1967.

    « 106. La classe idéologique-totalitaire au pouvoir est le pouvoir d’un monde renversé: plus elle est forte, plus elle affirme qu’elle n’existe pas, et sa force lui sert d’abord à affirmer son inexistence. Elle est modeste sur ce seul point, car son inexistence officielle doit aussi coïncider avec le nec plus ultra du développement historique, que simultanément on devrait à son infaillible commandement. Étalée partout, la bureaucratie doit être la classe invisible pour la conscience, de sorte que c’est toute la vie sociale qui devient démente. (…) 107. (…) Les membres de la classe bureaucratique au pouvoir n’ont droit de possession sur la société que collectivement, en tant que participants à un mensonge fondamental: il faut qu’ils jouent le rôle du peuple dirigeant une société démocratique; qu’ils soient les acteurs fidèles au texte de l’infidélité idéologique. » (Guy Debord, La Société du spectacle, Buchet-Chastel, Paris, 1967.

  8. Excellent! Décidément, entre Paysan Savoyard et Abrutix, nous avons de belles plumes sur FDS!

    Une remarque: je mettrais des guillemets à “libéral”, parce que ces professions dites libérale ne le sont qu’en théorie.

    derville a écrit le 14 octobre 2012 à 13 h 49 min
    +1

  9. “Faut-il en déduire que le taux de chômage des immigrés résulte des discriminations dont ils seraient victimes, de leurs difficultés scolaires ”

    figurez-vous que l’INSEE répond à votre question :-)
    Chez les bac+2 l’écart « inexpliqué » entre le taux d’emploi des français « de souche » et ceux d’origine africaine n’est que de 3%, ce qui montre que les discriminations existent mais qu’elles sont en fait très minoritaires et qu’elles n’empêchent pas un noir ou un arabe diplômé de trouver du travail.
    http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ref/IMMFRA12_e_D3_accemp.pdf (page 73)

    Le fort taux de chômage chez les descendants d’immigrés africains s’explique en fait par un niveau de qualification insuffisant (il y a beaucoup moins de bac+2 mais beaucoup plus de non diplômés dans cette catégorie)

  10. cette photo est “géniale” : on peut voir sur l’affiche un dessin avec des travailleurs sans papier portant un uniforme rouge, tous sont blancs.

    on élargi un peu le plan, et que peut on constater : il n’y a que des noirs pour brandir cette affiche …

    est ce que ces gens seraient hypocrite ?

  11. les termes de l’INSEE me surprennent je croyais que les français de souche n’existaient pas pour les institutions islamo-marxistes de la république ?

  12. Oui et non la classe 2 , “moyenne” en forme plein d’autres ; vers le bas on a :
    1) la France d’en bas du bas : employés, salariés, petits indépendants, en CDI ou non, qui ont connus le chômage, les CDD ; eux n’ont doit à rien, ou pas souvent. Eux sont sur la pente du déclassement qui arrive, doivent voir leurs enfants se faire casser la tronche à la récré par des zharabs et surtout doivent fermer leur gueule.
    2) les nantis du bas, l’armée de réserve d’électeurs du PS, la gôche raciste sociale et ethnique plein de bonne conscience : employés de grandes entreprises, fonctionnaires, syndiqués. Eux votent socialistes parce que les gouvernements socialistes PS les choieront toujours et les gouvernements de “droite” n’oseront jamais leur serrer la ceinture. Ne craignent pas le chômage car ce sont des planqués, ne craignent pas les “zharabs” immigrés car ils ont droit à la préférence nationale, vivent dans des pavillons résidentiels ou des ghettos construits pour eux, et comme ils bénéficient plein d’avantages en nature (mutuelles, etc) font suffisamment d’économies pour mettre leur gosses dans des écoles de blancs.

  13. Quand je pense que nos experts nous pondent des bouquins de 600 pages pour ne rien dire alors que dans ces quelques lignes, tout est résumé. Et avec tant de clarté !

    “Invisible, anonyme, intouchable, elle a tiré des révolutions passées la leçon qu’il ne faut pas habiter le château en haut de la colline”

    Cela fait des lustres que ceci saute aux yeux mais là, c’est amené avec un tel talent….

    Je copie colle. Je crois que le FN aurait intérêt à mettre un tel article dans ses tracts et à surligner les points les plus pregnants.

    Ceci dit j’ai toujours pensé qu’il nous fallait menacer physiquement la quatrième classe, celle dont nous connaissons les membres si nous voulons qu’ils cessent de servir la cinquième. Sans la quatrième, la cinquième ne pourrait plsu rien faire.

  14. J’ai depuis longtemps perdu patience avec l’excuse du privilège blanc et de la discrimination des blancs pour expliquer que dans toutes les sociétés, les noirs ont toujours plus de problèmes.

    Il doit y avoir pas mal de blancs au pouvoir dans la majorité des pays africains et dans la villes américaines où il y a une majorité de noirs.

    Bien sûr que non.

  15. Nous assistons depuis quelques années à la création délibérée de nouveaux pauvres. Des personnes qualifiées et compétentes, au chômage, se voient refusés des emplois au seul motif qu’elles ne résident pas dans une ZUS (zone urbaine sensible). Ces annonces qui sont le plus souvent proposées par pole-emploi (qui fait un tri des plus strict, j’ai essayé sur plusieurs annonces=refusées) sont des emplois d’accueil, de secrétariat, de sécurité… pour travailler dans des services sociaux, Caf, Assédic, Sécurité sociale, associations, services de la ville, etc.
    Si vous avez un peu de temps, allez constater dans ces services. C’est surtout flagrant dans les grandes villes comme Paris et sa banlieue. Qui le vigile? Qui à l’accueil? Qui vous reçoit à la Caf? Qui …

  16. sur la meme durée z’ont fait beaucoup plus que trois fois plus d’enfants , moyen en quoi à proportion on trouve alors plus de chomage chez fds , mais pas dans les meme poches ; cela ne déconsidère en rien l’analyse avec en prime une guerre bienvenue pour contrer la baisse du taux de profit !

  17. 19+
    qui à l’animation , qui à l’entrainement , qui sur la scene , qui mene le bal , qui est traduit , qui a le micro , qui à Orly , qui au halle , qui aux primeurs , qui a la bouffe moins chère , qui surconsomme l’electricité au tarif social , qui vit dans les villes chères , qui vit à l’hotel à paris , qui fait des gros mariages , qui construit des mosquées , qui est payé pour faire sa prière , qui fume le plus de shit , qui connait la meilleure musique , qui danse le mieux , qui marque des buts , qui a de la promo , qui est en prison , qui ne veut pas retourner chez lui , …..

  18. Une seule classe sociale qui produit les richesses et entretient, quasiment à 100%, toutes les autres.
    Tant que nous ne réaliserons pas que l’essentiel se situe ici et que notre action doit frapper là où cela fait mal, alors toute lutte nationaliste sera veine.
    Et d’ailleurs, pour quelle raison le sentiment patriotique a tant de mal à produire une réelle dynamique qui compte? Le système lui-même n’est pas responsable d’une chose : les ambitions et craintes personnelles.
    Depuis le temps que j’entends dans notre mouvement des plaintes, je ne vois rien de productif se produire car nous sommes directement imprégnés des contre-valeurs même qui nous oppressent.
    L’esprit de corps existe envers la caste et même le sexe et seulement ensuite avec notre peuple et la nation. Lorsqu’un esprit régionaliste ne vient se rajouter à toutes ces priorités individualiste.
    Car finalement, en majorité, chacun rêve de s’élever dans la classe supérieure ou se bat bec et ongle pour se maintenir dans la sienne si la place est confortable.
    L’ennemi réside aussi au fond de nous et dans ce qui constitue notre véritable trésor.
    Le capitalisme, le libéralisme n’y sont pour rien, c’est notre corruptibilité et notre sens des valeurs qui sont en cause.
    Nous pourrons devenir une véritable force et créer un système parallèle lorsque nous cesserons de nous voiler là face et prendrons enfin la décision de nous unir comme un peuple et non plus sur des critères mondains ou extra nationaux qui favorisent le délitement de notre nation en divisant les gens lucides de notre peuple.

  19. Sur la photo il est écrit “On bosse ici”. Or il me semble que les clandestins n’ont pas le droit de travailler. Ils volent donc clairement des emplois aux autochtones, c’est à ire les français.
    Ils est aussi écrit “on reste ici”. C’est bien une preuve qu’ils se foutent des lois et qu’ils feront ce qu’ils voudront.
    Je crois que l’on peut dès lors, les considérer comme une armée d’occupation.

  20. Bien résumé.
    J’ai cependant un peu de mal a mettre dans la meme case la les Cadres Sups et les Hauts Fonctio, connaissant pas mal de Cadres Sups natios et qui se tuent au boulot.

  21. Intéressante tentative de nomenclature des classes sociales. Si on y ajoute l’islam comme glaive réorganisateur de la mondialisation, ça commence à tenir la route.

    Une convention passée par Sarkozy ne prévoit-elle pas l’exonération de l’ISF et des plus-values immobilières pour les Qatariotes ? Hollande ne le remet pas en cause. On peut donc estimer que même à l’intérieur de  l’hyper classe, l’oligarque sujet d’une théopétromonarchie à plus  de privilèges en France qu’un oligarque “citoyen” français comme Bernard Arnault. L’ISF est aux classes aisées ce que la loi SRU est à la classe ouvrière, une captation des biens immobiliers au profit du grand remplacement.

  22. Si j’ai bien compris, l’Europe est un camp de concentration à ciel ouvert!
    La deuxième classe serait donc le prolétariat EDS, donc les déportés-concentrés. La troisième classe ce serait celle des kapos, qui bénéficient à ce titre d’avantages en nature et exécutent les “basses oeuvres” (flics, enseignants, fonctionnaires-collabos, juges, etc…). La quatrième ce serait les gardiens de camp et les petits gradés nazis. La cinquième celle des théoriciens de la Solution Finale. Et la première correspondrait aux droits communs, envoyés dans les camps pour dérouiller la deuxième et bouffer le peu que la seconde avait en réserve. La première serait d’origine afro-muzz?

  23. Il est très facile pour un étranger de gagner sa vie , en travaillant au noir avec des patrons crapules , et de prendre tout ce que les droits français leur permettent de prendre , sans trop en faire !!! …
    Et nous français nous avons plus qu’à subir les invasions massives d’étrangers , qui finalement trouvent leur place dans cette société libérale , imposée par les gouvernements successifs qui ne maitrisent rien !!! …

  24. “Ou peut-on entrevoir une autre explication, plus naturelle, à ce phénomène étrange : si beaucoup de nouveaux arrivants demeurent au chômage ne serait-ce pas tout simplement parce qu’ils ne veulent pas de travail ?”

    Allons donc, ça se saurait.

  25. Tout ceci fonctionne de façon dynamique, c’est un équilibre instable par nature.

    Quand la classe 1 sera en passe de menacer la classe 2, on aidera la classe 2 à ratonner la classe 1, puis on reconstituera une classe 1. A moins que la créature (classe 1) n’échappe à son créateur (classe 5). Ou que la classe 2 se révolte pour de bon. Voilà les scénarios.

  26. Merci, Fortune, pour la rediffusion de ce texte vraiment brillantissime et d’une clarté limpide…vraiment à la portée de tous …

    Je l’avais râté…cette fois-ci est la bonne et je vais le distribuer dans mon entourage… ( Il ne faudrait, quand même, pas qu’ “ils” meurent complètement idiots … c’est ça l’amour de son prochain :-) ) ) .

    … C e n’est pas ” Raymond La Science”…mais “Raymond La Classe” !!

    WOW !! On trouve vraiment de SUPER commentateurs sur ce site !!

    ( Quand on pense que les gens de droite ” musclée” sont supposés être des Bidochons avinés!! J’me marre !! ) .

  27. Excellente analyse, mais la conclusion tombe une peu comme un cheveu sur la soupe et une sorte de volonté de persuasion mal démontrée :
    “Pas de planification complotiste donc”
    tout crime organisé est de toute manière issu d’un complot, donc crime oui, complot aussi. Et la planification complotiste se manifeste en partie dans l’avalanche de lois iniques : avortement, par ex. et mariage gay, relayé par toute une classe d’éducateurs sociaux; puis et surtout lois sur l’enseignement relayé par les kapos (prof et instituteurs publics ou privés) de l’éducation nationale.
    Ils n’ont pas favorisé uniquement l’invasion et le mélange des populations comme fusible, mais ont planifié surtout la destruction morale des occidentaux par le noyautage de l’Eglise catholique, la destruction du mariage chrétien par le droit au divorce et donc la destruction minutieuse et méthodique du fondement de la société qui est l’individu et la famille et non uniquement l’idée de nation. Tuer l’âme de l’individu c’est l’unique façon de contrôler les corps. Ils l’ont fait, et c’est forcément issu d’un complot.
    Croire au complot planifié s’explique aussi par la communauté d’origine de l’hyperclasse et donc d’un but commun : le pouvoir sur le monde, pouvoir qui leur fut ôté et dont ils se sentent lésés depuis 2000 ans.
    Refuser la théorie du complot c’est un peu comme les darwinistes, c’est croire au hasard et à l’opportunisme…ça fait quand même beaucoup de tickets gagnants dans les mêmes mains!

  28. Théorie du complot exclue… ok faudra me faire la liste des baptisés de votre classe 5… Je vous conseille Pierre Hillard, il a preuves historiques factuelles très documentées imparables…
    Et puis dans votre classe 2 dsl il n’y a pas que des victimes, il y a beaucoup de bulots, le résultat des élections depuis 40 ans
    le prouve.

  29. Brillant ! Limpide, Merci à … Raymond La Science !

    D’accord avec J. Walker (com. 33), je reste un peu plus mitigée sur la conclusion… Crime organisé avec planification pour les “détails”… Sinon, comment interpréter le rapport Rivkine, expliquer l’existence des groupes de “Think Tanks”, les contenus des stages de formation des “young leaders”, le chant choral des nations de l’U.E. d’où émergent à l’unisson, les mêmes armes pour accélérer ces processus ?…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>