La Lloyd’s et Chatham House : une pénurie de pétrole menace le monde

Deux institutions anglaises ô combien prestigieuses viennent de rejoindre la liste déjà longue des lanceurs d’alerte sur le “peak oil” (ou “pic pétrolier”, c’est-à-dire l’instant historique à partir duquel la production mondiale de pétrole amorcera un déclin irréversible).

Dans un rapport publié le 8 juin, la Lloyd’s, l’un des leaders mondiaux de l’assurance, et Chatham House, l’institut royal des affaires internationales, s’alarment à leur tour de l’éventualité d’un choc pétrolier imminent.

Les auteurs, deux chercheurs de Chatham House, soulignent qu’un déclin de la production pétrolière est «probable à court ou moyen terme», et évoquent la nécessité d’une «troisième révolution industrielle». Ils préviennent : «Même avant que nous atteignions le pic pétrolier, nous pourrions assister à une pénurie de pétrole à cause de la hausse de la demande en Asie.»

Richard Ward, directeur général de la Lloyd’s, écrit : «Nous sommes entrés dans une période de profonde incertitude vis-à-vis de la façon dont nous nous fournirons en énergie pour produire de l’électricité, nous chauffer et nous déplacer, et sur le prix que nous devrons payer cette énergie.»

Le rapport met en cause l’analyse de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), qui compte sur le cartel de l’Opep pour compenser la baisse de la production hors-Opep, précise l’Agence France Presse dans une dépêche titrée : « Une pénurie de pétrole menace le monde ».

Les auteurs du rapport indiquent : « En comparant les prévisions et les chiffres actuels des capacités de production de l’Opep et de la production non-Opep, on voit que les attentes de l’AIE et les objectifs des pays producteurs n’ont pas été remplis. »

Cette critique fait écho à l’analyse historique publiée sur ce blog par Lionel Badal, un thésard du King’s College de Londres, selon laquelle l’AIE dissimule depuis 1998 le problème du peak oil.

La Grande-Bretagne est la pointe du débat sur le peak oil, depuis que Lord Hunt, ministre de l’énergie britannique, a accepté de répondre aux interrogations pressantes d’une Peak Oil Task Force fondée par le groupe Virgin et par d’autres industriels britanniques inquiets.

David King, ex-principal conseiller scientifique des premiers ministres britanniques Tony Blair et Gordon Brown, affirme que les rapports officiels surestiment de 30 % le montant réel des réserves de pétrole conventionnel.

Chatham House, fondée en 1920, est le temple de la géopolitique (une invention d’outre-Manche)

La Lloyd’s et Chatham House, deux vénérables institutions (l’histoire de la Lloyd’s remonte au XVIIème siècle) rejoignent les nombreuses sources solides qui mezza vocce ou pas, sonnent l’alarme.

Parmi ces sources figurent déjà le Pentagone, le département de l’énergie américain, le Wall Street Journal, le Houston Chronicle (quotidien de la capitale mondiale du négoce de brut), le PDG de la compagnie brésilienne Petrobras, un ex-n°2 de la compagnie pétrolière nationale saoudienne Aramco, un expert anonyme de l’Agence internationale de l’énergie, l’économiste en chef de l’AIE lui-même, une Industry Taskforce on Peak Oil & Energy Security britannique (au sein de laquelle figure la compagnie aérienne Virgin), ou encore le prospecteur légendaire devenu magnat des énergies renouvelables T. Boone Pickens.

Et que se passe-t-il pendant ce temps dans notre beau pays ? Dormez bien, citoyens.

Oil Man

Commentaires (30)

  1. “une pénurie de pétrole menace le monde”

    Quand on voit l’ampleur des fuites BP dans le golfe du Mexique j’en doute

  2. “Ils” vont profiter de la désormais mythique 2012 pour nous annoncer que ça y est nous y sommes…

  3. J’ai lu il y a longtemps que les pays de l’OPEP mentent sur leurs stocks réels,afin de bénéficier de plus gros quotas.

  4. @ Erwinn

    Salut camarade!

    On ne te voyait plus. Tu étais en Sud’Af pour supporter notre glorieuse équipe nationale?

  5. JM JANCOVICI EN PARLE SUR son site manicore ; il serait intéressant de connaître la situation des champs géants pétroliers en EAU / Irak / Iran, …
    Si les prédictions de Cochet / Jancovici en matière pétrolière s’ avèrent exactes , la théorie Malthusienne
    portera rapidement ses effets en induisant des coûts vertigineux des engrais et substances en -icides indispensables dans l’ agriculture à haut rendement et dérivées du pétrole .
    Impossibilité de nourrir une masse trop grande et dès lors , nettoyage démographique .

    Le grand Thomas Malthus finira par avoir raison .

  6. Pipeau
    Le manque de pétrole n’est pas pour demain.
    Les réserves sous les océans sont gigantesques.
    Pour l’instant on n’exploite qu’une infime partie des nappes sous-marines. Demain on exploitera les gisements en milieu superprofond.

    Le problème ne se pose que pour les pays de l’OPEP. Il est évident que leurs réserves ne sont pas infinies.

  7. @voldor:
    encore faudrait-il pouvoir avoir la technologie et les matériaux résistant à des pressions gigantesques !
    La confiance aveugle en les ressources infinies de l’ intelligence humaine est aléatoire .
    De plus , vu la catstrophe dans le Golfe du Mexique , on n’est pas près d’ y arriver .

  8. @Voldor

    existe t-il selon vous une limite même lointaine ?

    Oui, donc n’est il pas raisonnable de commencer serieusement à chercher des pistes ?

    - Pour l’instant aucune piste n’est viable techniquement ou financierement :
    * bio-carburant en europe = fumisterie puisque POUR L’INSTANT la filiere consommerait + de petrole qu’elle ne produirait d’equivalent petrole… (quid des surfaces dediées qui seraient retirés de l’alimentation humaine)

    * batterie Lithium = peu de puissance et 2 pays fournisseurs en comptant les afgans ! ( faire avancer un tracteur avec un moteur electrique je demande à voir !)

    * éolien/photovolataique = fournissent de l’électricité quand il fait chaud mais quand on en a besoin.

    Les bonnes pistes : nucléaire bien sûr – transport ferroviere – agriculture= revenir au chevaux de labour + amelioration de l’outil

  9. la semaine dernière c’était l’armée US ,
    aujourd’hui c’est la city…
    C’est sur un Baril à 8 dollars ,
    on peut fermer toutes centrales nucléaires!

  10. leperigourdin
    Mercredi 23 juin 2010 à 17:59

    Exact. Il me semble qu’on en a déjà parlé il y a qq mois.

  11. @Perigourdin

    Vous faite de la désinformation, d’ou tenez vous ce que vous avancez sur les bio-carburants ? Le QEN est de 2 pour l’E85, +2 pour le diester, 1 pour l’ETBE, 0.7 pour le diesel.
    Revoyez le site de l’Ademe qui donne tout ces informations.

    Le nucléaire est loin d’être une bonne piste bien quel soit confortable, les ressources d’uranium sont aussi en déclins, revoyez le crash course.

    Lorsque l’on voit le résultat de l’organisation industriel de l’approvisionnement energetique et le danger pour la liberte les bonnes solutions me paraissent être celle qui sont accessible localement.

  12. @ Quarantined

    Je fais de la Ré-information… Si vous allez sur le fil “tapez agriculture”, je vous ai fait une reponse concernant le fait selon vous qu’un corps humain= 1000 w.( Je sais c’est un coup bas : pardon)

  13. @Quarantined

    Sur le bio-carburant le bon sens indique POUR L’INSTANT la non viabilité :
    - rendement moyen huile de colza entre 1700 litres et 3000l.
    (suivant nature du sol etc)
    ça c’est la base energetique ok ?

    ensuite voyons les coûts energetiques et humains :
    - 100 à 150 l de gazoil du labourage à la recolte par ha
    - transport de l’exploitation à l’usine
    - coût energetique de la transformation

    - paiement agriculteur, amortissement materiel.
    - l’Etat tire 80% de taxe/l de gasoil soit il coute environ 20 centimes livrés en station.
    - Admettons qu’on le prenne brute à 20 cents/l chez le paysan ! donc pour 100 ha 100*2m3*0.2 = 40 000 €
    Vous comprenez pourquoi le modele economique n’est pas viable !. 40 000 €, il faudra cotiser retraite/maladie etc ; payer le materiel, les impots fonciers etc…

    Ou alors il faut acheter le carbu 3 € à la pompe !

    Le bilan ecologique est encore pire !.

  14. @Quarantined

    voire article ” l’etat de l’agriculture préoccupant”

  15. turbot
    Jeudi 24 juin 2010 à 12:02

    Cette théorie n’a rien de fantaisiste, si c’est ce que vous voulez dire.

  16. @le perigourdin
    Ce n’est pas un coup bas, vous êtes ridicule !
    Puisque vous auriez vérifier ce point veuillez nous faire part de vos sources.

    Concernant la viabilité ce n’est pas de la re-information, ce sont des élucubrations bancales, les données de l’ADEME sont scientifiques ce qui est loin d’être le cas des vôtres, vous ommetttez d’ailleurs le fait qu’il faut 1 litre de pétrole pour mettre a disposition 0.8l a l’utilisateur final.

    Que l’État ai besoin de la TIPP n’est en aucun cas normal c’est même symptomatique d’une societe malade puisque l’État vit au dessus de ces moyens en détruisant l’environnement des générations futures.
    D’autre part les éthanols de III générations n’ont même pas besoin de ce que vous annoncez en énergies fossiles.

  17. @ Impérator

    Réfuter la théorie du Pic pétrolier c’est échafauder une théorie fumeuse et idiote : la theorie du NO LIMIT !.

    Si Turbot veut souligner le floue autour des stocks mondiaux, ok… Mais c’est prendre un risque pour la vie de millions d’êtres humains que de repousser le problème.

  18. @ Quarantined le Vendredi 11 juin 2010 à 14:45
    @ Perigourdin
    1 personne vivante adulte de corpulence moyenne dégage 1 kilowatt-heure (kW·h) = 1 000 W·h = 3,6 MJ

    le sol a 2 metres de profondeur est constant en température a ~14degrees

    Voici ma reponse :
    - vous mettez 1 personne dans une piece pendant 1 h.
    - vous mettez 1 radiateur de 1000 w à fond pendant 1 h.
    Croyez vous serieusement avoir la même temperature ?

    T° du sol vous êtes trés optimiste ! J’ai verifié. 14°C c’est vraiment l’hypothese haute sur certain type de terrain. Ceux qui ont des caves vous diront 3/4° de moins.

  19. leperigourdin
    Jeudi 24 juin 2010 à 19:44

    C’est surtout le terme de charlatan qui m’a surpris. Les stocks d’hydrocarbures sont limités (ou pour être plus précis, se renouvellent…au bout de plusieurs millions d’années). Non ce n’est pas une fantaisie des spéculateurs (quoique c’est un peu leur boulot, afin de rafler du pognon), ni du charlatanisme (les vrais charlots qui nous disent que tout va bien et qu’on aura toujours du pétrole).

  20. @leperigourdin
    Jeudi 24 juin 2010 à 19:58

    les 1000watts/h par personne sont le résultat de toute l’activité d’une personne sur une journée ramené a un quantifiant interprétable le W/h, incluant réfrigérateur, cuisinière, ordinateur, ainsi que l’éclairage.
    Maintenant c’est une donnée subjective générale pouvant varie d’une situation a une autre.

  21. @Quarantined

    Mélanger la production de chaleur d’appareillage ma semble être une opération anti-scientifique.

    Dans le cas d’un habitat dit sans chauffage ou avec chauffage vous aurez les mêmes équipements donc la même chaleur produite. Pourquoi alourdir le raisonnement ?

    Dans une maison mal isolé ou bien les occupants produiront bien la même quantité de chaleur. Autour de 100 W/h pour le corps/ personne et 10 000W/24h =appareillages.

    1) la quantité produite par personne n’est pas négligeable si la personne reste 24h/24 dans son habitation…

    2) dans les faits c’est peu. Comptons que nous sommes 11h/j chez nous.

    3)Dans une maison dite passive il faudra donc un chauffage ou alors des appareils energivores !

    4) comme je vous le ré-écris l’excellence est déjà de consommer peu ou très peu d’energie. 164 m2 chauffés avec 6m3 de bois avec des t° 23 à 18° c’est déjà un record pour moi.

    5) Connaissant bien la matière, je trouve idiot l’emballement sur la construction “bois”. Certaines sont aussi bêtes que les 1er pavillons phoenix. Aucune inertie thermique, orientation idiote, mauvaise precaution vis à vis des insectes et rongeurs.
    Les gens ont rêvé sur des maisons en rondins et on leur vend de la m—–.
    De plus ses constructions sont standardisés et pas adaptés à chaque terroir !

    Un exemple en Dordogne = Termite + lerot + souris…
    Ici et dans toutes regions humides les soubassements devraient être en dur…Ce n’est pas toujours le cas.

  22. 1/il y a des équipements qui reste allumes même en votre absence.
    3/Non parce que la qualité de l’isolation fait que les apports d’un puits canadiens ou l’ensoleillement suffisent.
    4/votre choix pour le chauffage bois s’inscrit parfaitement dans une démarche de développement durable pour peut qu’il soit local.
    5/Je suis d’accord avec vous il y a beaucoup de réalisations qui sont de mauvaises qualité, je pense a l’ossature bois qui me parait être une aberration mais cela correspond a la societe actuelle, non durabilite, energivore etc pour des raisons idéologiques. Si l’on imposait 15kw/m2/an et le plus bas impact environnementale on ne construirait pas ce qui est possible de voir actuellement.
    Néanmoins la solution bois plain passe au four autoclave répond aux impératifs d’inertie thermique et de résistance aux insectes, pour les rongeurs un chat communs pas trop nourris fera l’affaire.
    Concernant le respect de l’habitat du terroir, le bois permet de reproduire toute les formes de maisons possible, ou d’inclinaisons de toit, initialement rare étant les maisons ne nécessitant pas un enduit extérieur, le bois isole par du liège puis recouvert d’enduit permet de conserver le caractères local de la maison.

    http://www.citemaison.fr/scripts/bibliotheque-materiaux.php
    Ici un tableau ou l’on peut voir l’impact environnementale de différents matériaux de constructions.

    http://www.finnfahaz.hu/tajekoztato/rs_lamellihirret.jpg
    De memoire une épaisseur de 100mm de bois plain moyennement dure correspond a un mur de 700mm d’épaisseur en pierre pour la conductivité thermique.

    http://www.lieges-melior.com/EXPANSE_PUR.pdf
    Pour info si l’on connait bien la tenue dans le temps du bois dans les constructions traditionnel en revanche on a pas d’expérience vis a vis du béton a plus d’un siecle, le liège est quant a lui inaltérable.

  23. @Quarantined

    La canicule s’installe à peine mais parlons du dernier hiver : froid moyen mais trés gris !
    De memoire + 1 mois sans belle journée froide mais ensoleillée.
    Le sol grosso modo 9-12° C peut élever la température de 9-12° C sans apport mais les 8 autres degrés ?
    A ce que je sache une pompe à chaleur est un frigo inversé et un frigo a besoin d’energie !
    Combien d’energie par jour pour faire fonctionner tout ça ?

    Avoir le doute pascalien en l’affaire peut couter fort chere ! Mon mode de chauffage me coute environ 300 € max ! Qui dit mieux ? Investissement = 1 France Turbo 400 € et 10 boisseaux + 1 habergement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>