Crise de la zone euro : après la Grèce, à qui le tour ?

Pour l’économiste Jacques Sapir, la crise grecque remet en cause le principe même de la monnaie unique. Dans ces conditions, le pire est à venir. Y compris pour la France, qui risque de devenir une simple spectatrice du marasme économique, à moins d’une vraie politique volontariste.

Cette fois, nous y sommes ; la crise grecque déborde des frontières comme c’était prévisible, et avait été prévu depuis septembre 2009.

Les problèmes de la Grèce sont en effet connus depuis septembre 2009 (et même avant) par le grand public. Il était évident qu’un effet de contagion se manifesterait. Tout ceci a été indiqué à plusieurs reprises (…). Désormais, on peut craindre qu’il ne soit trop tard pour réagir et sauver l’Euro.

La zone Euro est bien entrée en crise avec le transfert de la spéculation sur le Portugal (en raison de la baisse de sa note), et les problèmes qui commencent à monter sur l’Espagne et l’Italie en raison des difficultés que ces pays rencontrent pour placer leur dette à moyen et long terme. Ce ne sont pas ici les articles lénifiants, comme celui de Mme Nathalie van Ypersele dans Trends, ou les ronflantes déclarations de M. Barroso (la dernière en date est du 28 avril depuis Tokyo…), qui y changeront quelque chose.

Les difficultés (pour ne pas dire plus) des pays de la Zone Euro à réagir à ce qui aurait pu n’être au départ qu’une crise localisée, la mauvaise volonté allemande à jouer le jeu de la solidarité ont été des éléments clefs dans le déclenchement de cette crise. Mais, sur le fond, c’est bien le principe même de la zone Euro qui est en cause, soit la tentative d’imposer une règle monétaire unique à des pays dont les économies sont profondément différentes et le tout sans mécanisme institutionnel de solidarité.

Cette crise va prendre la forme d’une succession d’attaques spéculatives contre divers pays. Tant que l’on ne décrètera pas un contrôle sur les mouvements des capitaux à court terme, les capacités à résister à de telles attaques sont des plus limitées. La crise va donc empirer, et connaîtra une accélération brutale avec soit la sortie de la Grèce de la zone Euro, soit l’annonce d’un défaut sur sa dette, soit les deux.

À qui le tour ?

Il faut d’abord considérer quels sont les pays sur lesquels la spéculation financière va désormais se porter.

On peut ici raisonner soit en statistique soit en dynamique. Dans le graphique 1, on utilise un repère, avec pour axe horizontal la part de la dette publique en pourcentage du PIB telle qu’elle a été estimée pour 2010 et, pour axe vertical, l’importance du déficit probable pour 2010. On marque la moyenne de la zone Euro pour les deux axes (cette présentation en terme d’instabilité financière hypothétique, s’inspire de la présentation de l’hypothèse de H.P. Minsky, faite par Vercelli, A., « A Pesrpective on Minsky Moments : The Core of the Financial Instability »).

Graphique 1

Cette présentation découpe l’espace en 4 quadrants. Celui où les pays sont à la fois sous la moyenne du déficit et de celle de la dette, est celui des pays qui peuvent être considérés comme saufs, par rapport à la spéculation. Le quadrant supérieur, ou « nord-ouest », est celui des pays ayant une dette inférieure à la moyenne, mais un déficit qui est, lui, supérieur à la moyenne. C’est un premier cas d’inquiétude.

Le troisième quadrant, ou « sud-est », est celui des pays où le déficit est inférieur à la moyenne de la zone Euro, mais où la dette publique est supérieure à la moyenne. C’est un second cas d’inquiétude et l’on peut considérer que les pays qui se trouvent dans ce quadrant sont en danger. Le quatrième quadrant, ou « nord-est » est celui des pays qui sont à la fois au-dessus de la moyenne de la zone Euro pour la dette et pour le déficit. C’est incontestablement celui du plus grand danger.

Trois pays sont dans ce quadrant, la Grèce, l’Irlande et le Portugal. Un pays se trouve dans le quadrant « sud-est », c’est l’Italie, et un pays est dans le quadrant « nord-ouest », c’est l’Espagne.

On peut se livrer à une autre présentation. Dans le graphique 2, on a remplacé le montant de la dette publique en pourcentage du PIB, par son taux d’accroissement. Il indique alors que l’Italie serait la moins exposée, et l’Espagne et l’Irlande, le plus.

Il est alors intéressant de noter que les pays les plus attaqués sont, outre la Grèce et en ordre décroissant de danger, le Portugal, l’Espagne et l’Italie.

Ceci indique un préjugé défavorable aux pays de sud de l’Europe, car l’Irlande est, en fait, tout aussi exposée que le Portugal et plus que l’Espagne.

Il est donc clair que les préjugés jouent un rôle dans la spéculation — et l’absence de la Belgique de ce tableau, est aussi une indication importante — mais que cette dernière a bien identifié les pays à risques. La spéculation respecte donc une certaine logique, mais elle est susceptible de « découvrir » brutalement de nouvelles raisons d’inquiétude. En fait, peu de pays sont réellement à l’abri.

Graphique 2

Une décision rapide s’impose, et elle risque de s’avérer très coûteuse.

Le plan d’aide à la Grèce prévoyait 45 milliards d’Euros. Aujourd’hui, on parle d’un montant de 55 à 75 milliards d’Euros (Simon Kennedy, « Greece Turning Viral Sparks Search for EU Emergency Solutions », Bloomberg.com). Derrière cette somme se profilent des montants encore plus énormes. On parle ainsi de 600 milliards d’euros pour faire face à une crise qui déborderait de la Grèce et toucherait les autres pays que l’on a cités.

Il est clair que la crise s’accélère désormais de jour en jour. Lors d’un séminaire à Caracas, en novembre 2008, j’avais qualifié cette crise de « virus mutant ». Jamais le terme n’a été aussi justifié.

Faut-il sortir de la zone euro ?

La question a été posée, pour la Grèce, par plusieurs responsables conservateurs allemands, dont Hans-Peter Friederich (CDU-CSU), et elle est reprise par le Bild et le Spiegel.

Si l’on voit clairement pointer l’égoïsme allemand dans ces déclarations, il n’en est pas moins vrai qu’elles décrivent ce qui est très probablement la meilleure des solutions pour Athènes. Une sortie de la zone Euro, accompagnée d’une forte dévaluation (30% au minimum) ET d’un défaut partiel sur sa dette publique, sont très certainement les conditions d’un retour de la Grèce à la croissance.

Mais, le problème de la zone Euro reste entier.

Il faut ici rappeler que la zone Euro est très intéressante pour l’Allemagne, dans la mesure où elle lui ouvre un vaste marché sur lequel elle peut accumuler les excédents commerciaux, sans qu’elle ne soit menacée de dévaluations compétitives en retour. Ceci implique, néanmoins, que l’Allemagne n’abuse pas de sa position et ne mette ses principaux partenaires dans une situation intenable.

C’est pourtant très exactement ce que l’Allemagne a fait, en transférant une bonne partie des charges patronales vers l’impôt. Elle a, dans le même geste, diminué les charges de ses entreprises, leur permettant de baisser les prix, et diminué sa demande intérieure, privant ainsi ses partenaires d’une partie de son marché potentiel. Ceci a été l’équivalent d’une dévaluation de 10% de la part de l’Allemagne.

Les conséquences ont été un accroissement brutal du déficit commercial des pays de la zone Euro.

Graphique 3

(Source : Eurostat)

Dans ces conditions, le refus, à peine déguisé, de l’Allemagne de participer à une aide collective en faveur de la Grèce, les conditions qu’elle y met, apparaissent bien comme des incohérences. La seule explication possible est que l’Allemagne ne croit pas en une sortie massive de ses partenaires hors de la zone Euro. Mais, est-ce un bon calcul ?

On a beaucoup glosé sur les avantages, réels et supposés, de la monnaie unique. Si l’on met de côté la réduction des coûts de transaction liés au change (mais qui seraient réduits tout aussi bien par un système de taux de changes fixes révisables annuellement), le seul avantage réel de la monnaie unique a été la baisse des taux d’intérêts. Il est vrai que si l’on compare les taux sur les emprunts publics à 10 ans, le taux allemand est de 3,04%, alors que le taux français est de 3,32%, soit un écart (spread) de 28 points. On remarquera cependant que le taux de l’Italie est à 4,12% (un spread de 108 point) alors que le taux de la Grande-Bretagne n’est que de 3,93%.

Si la convergence des taux a bien été une réalité jusqu’en 2007, il n’en va plus de même aujourd’hui. Ici encore, il convient de remarquer que l’on pourrait facilement dissocier les taux d’intérêts, par un système de contrôle strict sur les capitaux, accompagné par le retour d’un montant obligatoire de bons du Trésor que les banques commerciales devraient détenir. Un tel système créerait artificiellement un « appétit » pour les titres publics, qui pourraient être, provisoirement, escomptés par la Banque Centrale du pays considéré. Le taux d’escompte de la Banque Centrale redeviendrait ainsi le taux directeur pour ce pays.

En fait, l’Euro ne s’est imposé comme un choix logique que dans la mesure où nous sommes entrés dans une situation de liberté totale des capitaux. Or, rien ne l’impose à la France et aux pays du noyau historique de l’Europe, si ce n’est bien évidemment les profits des banques.

Si l’Allemagne se montrait par trop inflexible sur sa politique monétaire, une sortie de l’Euro devrait alors être envisagée. Il est clair, compte tenu de l’importance des échanges entre la France et l’Allemagne, qu’une dévaluation de la France de 20% à 25% aurait des conséquences catastrophiques sur l’économie allemande.

Ceci ne signifie pas qu’une telle sortie soit simple et facile. Elle devrait s’accompagner de mesures structurelles importantes, quant au contrôle des capitaux et au contrôle des changes. Un défaut, au moins partiel sur la dette publique, s’imposerait aussi. Le statut de la Banque de France devrait, bien entendu, être modifié. Mais, dans le cadre d’une politique qui reconstituerait un pôle public du crédit et qui ferait le choix de l’industrie contre les banques, cette politique aurait une cohérence.

Le réel problème est celui de la dynamique qui serait créée par les anticipations des marchés. Que nous fassions publiquement état de cette possibilité et les conditions de refinancement de la France dans la zone Euro se détérioreraient rapidement, rendant alors inévitable notre sortie. Mais, tant que cette menace est tenue secrète, peut-elle être prise au sérieux par l’Allemagne ? La liste est longue des abandons consentis par notre pays, au nom du « binôme Franco-Allemand ». Mais pour qu’un tel « binôme » existe, il faut être deux.

L’heure des choix a sonné pour la France. Soit, elle sera contrainte par la crise, et devenue objet et non sujet de sa propre histoire, elle assistera, impuissante, aux évolutions monétaires et économiques, soit, elle décidera de faire de malheur vertu.

La crise de la zone Euro, on l’a dit, est inévitable. Au lieu d’être le jouet des événements, il convient de les convoquer et de les organiser au profit d’une autre politique. Peut-être que l’Allemagne, mise ainsi au pied du mur, se rendra compte des désastres que sa politique a provoqués.

Une réforme radicale, à la dernière heure, de la zone Euro, n’est pas complètement impossible. Mais, si l’Allemagne s’entête dans l’autisme, au moins aurons-nous une porte de sortie viable.

Ces choix, cependant, ne semblent pas pouvoir être portés par l’équipe au pouvoir, et probablement pas par une partie de l’opposition. Il nous faut en France une nouvelle alliance.

Marianne2

Commentaires (15)

  1. Jacques Sapir a raison, comme toujours.

    Mais nos dirigeants et leurs commanditaires ont apparemment décidé d’aller jusqu’au bout dans la fuite en avant.

    Autisme (sans doute un peu désespéré) qui va entraîner inévitablement une révolte des peuples et l’effondrement du système.

    Tant mieux.

    On n’est jamais aussi bien servi que par l’aveuglement de son ennemi.

  2. C’est pas si simple : puisque la dette grecque est désormais libellée en euros, un retour à une monnaie plus faible (la droite) reviendrait à accroitre le poids de la dette.

    La Grèce est donc pieds et poins liés si elle veut revenir en arrière…

  3. anki

    C’est justement pourquoi une répudiation au moins partielle de la dette est également nécessaire (ce que dit Jacques Sapir).

  4. mdr @ spéculation financière… En quoi la Grèce est-elle victime de la spéculation? Le pays est en faillite, plus personne ne veut leur prêter d’argent, à moins de taux d’intérêt mirobolants. C’est ce qui se passe. Les marchés sont parfois irrationnels mais ce n’est toujours que temporaire, d’où les forts mouvements à la hausse ou à la baisse observés lorsqu’une ANOMALIE de marché se présente. C’est de la gestion de bon père de famille: on prête pas cher quand le risque est faible, et vice-versa. La “spéculation” ne va donc pas se tourner vers qui que ce soit, puisque sur ce sujet elle n’existe pas. On devrait plutôt dire: qui sera la prochaine victime de SA PROPRE mauvaise gestion budgétaire et, PAR CONSEQUENT, qui les marchés vont-ils sanctionner? Tu gères mal, t’es puni. Hors de question de toucher à la dette grecque. Ils se sont foutus dans cette situation tous seuls, en magouillant en plus pour pouvoir entrer dans la zone euro. Qu’ils se débrouillent: retraites à 50 ans avec des pensions lunaires, 13 et 14ème mois, primes et bonus dans tous les sens (primes pour travail à l’extérieur quand on ramasse les poubelles par exemple, j’en passe et des meilleures)… A cela s’ajoute la corruption propre à tous les pays méditerranéens (France comprise)… Qu’ils reviennent sur ce qu’ils doivent désormais considérer comme des ZACQUIS ZOCIAUX et ensuite on verra.

  5. heimdal

    L’impossibilité de créer et donc, de contrôler sa monnaie, ça vous dit quelque chose ?

    Le déséquilibre des puissances économiques, dans une zone de monnaie unique, entre les petits et les grands pays, qui abolit la dévaluation compétitive dont pouvaient profiter les “faibles” auparavant ?

    Vous n’avez pas tort sur la corruption grecque et l’impéritie des gouvernements successifs (de gauche comme de droite), mais le peuple grec en est-il responsable et doit-il payer pour cela ?

    Vous accepteriez de payer pour la trahisons des gouvernements français successifs ?

    Alors oui, la spéculation se déchaîne (par le carry trade, notamment), mais de grâce, arrêtez avec les dogmes libéraux à deux drachmes.

    Les médias du système nous les servent tous les jours, nous n’en avons pas forcément besoin ici aussi…

  6. En démocratie, oui, le peuple est responsable puisque c’est lui qui choisit ses dirigeants. L’on ne me fera jamais croire que le peuple Grec ne savait pas qu’il vivait au dessus de ses moyens. D’ailleurs, Papandréou a été élu sur un programme complètement démagogique, en promettant d’augmenter les retraites et le salaire des fonctionnaires. La réalité le rattrape et rattrape le peuple Grec.
    L’on ne me fera pas croire non plus que le peuple Grec n’était pas au courant de la corruption qui régnait dans son pays, alors qu’elle gangrène toutes les strates de la société.

  7. Le grand économiste grec Constantinapalsou pense qu’avec l’aide des autres pays de la zone Euro son pays va retrouver en trois ans un budget maitriser et une croissance économique confortable qui permettra de rembourser les dettes et d’élever le niveau de vie de ses concitoyens .Zeus l’entende !

  8. PLV

    Si vous ne savez pas que les élections sont un système truqué, vous ne savez rien.

    Qui peut se présenter ?

    Qui finance ?

    Pourquoi tous nos députés, sénateurs et gouvernants sont-ils millionnaires, en francs sinon en euros (en Grèce, même chose) ?

    http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2008-02-28/ce-que-possedent-vos-elus/917/0/225836

    Comment manipule-t-on les foules (voir l’escroquerie sarkozyste de 2007) ?

    Vous débarquez de la Lune, ou quoi ?

  9. BAC 40

    Le “grand économiste” que vous citez est manifestement un idiot et/ou un vendu.

  10. BAC40

    L’économiste “Constantinapalsou” : celle-là, elle est excellente !!! :-)

  11. Je crois qu’avec le gouvernement actuel on tombe dans la passivité… Ça risque de faire mal!

  12. Forte baisse de la bourse de Madrid à la suite d’inquiétude sur la dette espagnole .

    Combien le sauvetage de l’Espagne ?

  13. Bien entendu que les grecs étaient au courant mais ils refusent encore aujourd’hui de comprendre ce qui leur arrive. Quand presque un tiers (fonctionnaires compris !) vit du travail au noir, il ne faut pas s’étonner que l’état n’a plus de sous pour payer leur salaire ou leur retraite. Evidemment, les politiciens profitent de cette ignorance ou négligence de leurs concitoyens pour se faire élire. Ca s’appelle la démagogie.

    Sapir a raison dans son article (sauf sur le devoir d’aides massives aux états en banqueroute) et analyse bien la perfidie des marchés, et les libéraux en font de même sur l’irresponsabilité des états. C’est en joignant les deux qu’on peut avoir une vue d’ensemble du problème et donc entamer une sortie réaliste et juste de ce système. Ni socialiste, ni libéral.

  14. “On” n’est pas pret de s’en sortir : je cherche depuis 45 minutes un libelle Yahoo qui me permettrait de connaitre le montant de la dette totale des pays de la zone euro…question ardue n’est ce pas?
    Cet “etat des choses” est on ne peu plus revelateur de la place que tiennent les questions economiques et financieres dans la culture Francaise qui va disparaitre du fait du desinteret a propos de cette matiere qui sans elle les autres n’existent que virtuellement ,la marche vers l’abime est commence depuis longtemps…une date recente ?: 1981.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>