Bienvenue à la Grande Correction

Par Bill Bonner

Nous allons rebaptiser notre théorie. Nous vivons plus qu’une dépression ; c’est plutôt un phénomène économique et financier. Il inclut un transfert du pouvoir… un retour à la normale après quatre siècles d’aberrations… et l’échec de toute une série de sottises économiques récompensées par des prix Nobel — dont l’Hypothèse des marchés efficients et la Théorie du portefeuille moderne. Appelons cette phase la « Grande Correction »… et attendons que les événements nous donnent raison.

En attendant… nous attendons des éclaircissements : quand ce rebond prendra-t-il fin ? Que se passera-t-il lorsqu’il le fera ?

Les tendances profondes se poursuivent. L’influence gouvernementale augmente… et file tout droit vers la faillite. La plupart des pays développés accumulent de gigantesques déficits dans leurs finances publiques. C’est la Grèce qui fait les gros titres en ce moment. Les Hellènes ont promis de réduire leurs dépenses, sont descendus dans la rue et espèrent désormais un plan B de la part de l’Europe.

Les autres pays à la périphérie de l’Europe,observent avec attention. Ce que la Grèce vit maintenant, ils vont probablement le subir plus tard.

Jour après jour, les roues grincent et cahotent… en route vers des gouvernements toujours plus présents, avec des dettes plus grandes… Un gouvernement se tourne vers un autre lorsqu’il a besoin d’aide. Ce dernier se tourne vers un autre encore. Un pays dépend de sa Banque centrale… et sa Banque centrale dépend de la Réserve fédérale américaine, le capo di tutti capi de toutes les banques centrales de la planète.

Mais le problème ne se limite de loin pas aux plus petits États d’Europe.

Barron’s rapporte que les pays se trouvent confrontés à « des pénuries massives » pour leur programmes de retraite. Cela vient s’ajouter aux autres pénuries massives qui guettent les gouvernements du monde entier.

▪ « Menace sur la notation des États-Unis », titrait le Financial Times :

« Moody’s Investor Service avertira aujourd’hui les États-Unis qu’à moins de remettre leurs finances publiques en meilleur état que ce que projette l’administration Obama, il y aurait ‘une pression à la baisse’ sur leur note ‘triple A’. »

Moody’s a appris une leçon l’an passé. On prend l’argent du noté. On donne une bonne note à des obligations de pacotille. Puis les gens vous montrent du doigt et vous traînent en justice lorsque la pacotille tourne mal. Les agences de notation ne veulent pas se retrouver prises à la gorge par tous les investisseurs obligataires de la planète.

Les États-Unis sont en train de se ruiner ; ça ne fait pas un doute. Mais évidemment, ça pourrait prendre des années…

Et alors ? Nous pouvons attendre…

Certains acheteurs de bons du Trésor US, en revanche, n’attendent pas la dernière minute. « La Chine continue de vendre la dette US en janvier, » rapporte le Wall Street Journal.

Le Japon aussi, ajoute Bloomberg.

Bien entendu, le Japon est confronté à sa propre crise financière. Sa dette gouvernementale dépasse déjà les 200% du PIB… et ses citoyens vieillissants épargnent moins chaque année. Le pays sera bientôt incapable de financer ses déficits. Et ensuite ?

Ensuite, les rendements grimperont et le Japon sera confronté à une crise similaire à celle de la Grèce.

Et la Chine ? Même des pays budgétairement sains peuvent subir de gigantesques chocs financiers. « La Chine pourrait se retrouver confrontée à des renflouages bancaires considérables, » déclare Bloomberg.

Oui, cher lecteur… la Chine a un solide budget… et des industries qui gagnent de l’argent. Le problème, c’est qu’il y en a trop. Et elle a commis l’erreur de les stimuler pour augmenter la production — en plus d’augmenter les infrastructures — au pire moment possible, alors même que le client principal s’enfonce dans la morosité.

Donc même si les finances nationales de la Chine sont en bon état — au moins en surface — ses finances privées sont dans le pétrin. Elles sont même dans un pétrin si potentiellement profond qu’un analyste fait référence à la Chine comme étant « la mère de tous les cygnes noirs. »

Qui renflouera le secteur bancaire chinois ? Qui renflouera la Grèce ? Qui renflouera le Japon ? Qui renflouera les États-Unis ?

La Chronique Agora

Commentaires (8)

  1. En tout cas merci de m’avoir fait découvrir la Chronique Agora, c’est toujours d’un bon niveau, mais avec une petite pointe d’humour. Je réutiliserai le Capo di tutti capi.

  2. Depuis une dizaine d’années la Chronique Agora ne cesse de répéter d’acheter de l’or…. le Napoléon valait dans les 55€, là il en cote 155.

  3. “un analyste fait référence à la Chine comme étant « la mère de tous les cygnes noirs. »”

    Ah oui ? Pourquoi ?
    Un peu léger tout de même, l’anathème chinois sans analyse, ni explication…très léger.

  4. Le Système monétaire international est Hors service .

    Il faut donc en rebatir un autre qui offre la place qui leur revient aux pays émergeants .

    Les Etats-Unis s’y opposent car ils bénéficient d’une rente de situation .Les tensions vont donc empirées .

    On nous dit que c’est de la faute de la Chine qui maintient un taux de change trop bas pour son Yuan .

    Si la Chine acceptait de réévaluer fortement son Yuan ,nous pourrions dire que la Chine provoque de graves déséquilibre par la détérioration des balances commerciales ,par le renchérissement des importations,par la hausse des prix induite et par la baisse du pouvoir d’achat des populations .

    Toutes ces critiques reviennent à dire aux Chinois ,votre pays de 1,2 millards d’individus est devenu une grande puissance mondiale ,mais nous ne la reconnaissons pas comme telle .

  5. Un peu léger comme analyse. Même Patrick raymond pousse la reflexion plus loin, c’est dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>